Nouveau gouvernement

L'homophobie au pouvoir en Italie

L'agence AFP
Commentaires

Le nouveau gouvernement italien, composé de populistes et de ministres issus de l’extrême droite, annonce des jours inquiétants pour les personnes LGBT de la péninsule qui ont obtenu il y a peu un début timide de reconnaissance des couples de même sexe.  

Le nouveau gouvernement italien, composé du Mouvement cinq étoiles et de la Lega d'extrême droite, suscite l'horreur chez de nombreux LGBT italiens.

Pour en comprendre le bien-fondé, il n'est qu'à rappeler que pour le nouveau vice-premier ministre Matteo Salvini (photo), les familles homoparentales n'ont aucune existence légale et que le ministre de la Famille, Lorenzo Fontana, se présente comme un « croisé » contre les droits des personnes LGBTI. Tous deux sont opposés à toute reconnaissance de partenaires de même sexe.

Un « premier goût indigeste de ce que la Ligue est prête à mettre en œuvre dans le gouvernement du pays, a déclaré l'association nationale de défense des LGBTI Arcigay.

Jeudi - à la veille de sa nomination en tant que chefs de ministre de l'Intérieur et vice-président du gouvernement - Matteo Salvini déclarait à ses partisans: «Je veux faire partie d'un gouvernement avec des idées claires sur la mère et le père. Je ne veux pas parler de parents 1 2, 3, 4, 5. Dans la famille, il y a une mère et un père et les enfants qui ont une mère et un père». «Les enfants ont droit à un père et à une mère», avait déjà souligné Salvini lors de la campagne électorale.

Son parti a rejeté l'introduction de partenariats civils au cours de la dernière législature et a tenté de les bloquer avec un total de 4 500 amendements.

En plus des jeux tactiques de l'extrême droite, le Mouvement 5 étoiles, aujourd'hui son allié, et qui avait promis de soutenir l'égalité, avait finalement joué l'ambiguïté et conduit le gouvernement à sacrifier le droit initialement prévu à l'adoption pour les couples gais.

Le nouveau ministre de la Famille, Lorenzo Fontana, a expliqué que «les mariages homosexuels et l'immigration de masse anéantissent le peuple italien ».

Dans une lettre adressée à l'organisation catholique Pro Vita en 2014, il s'en prenait à la Gay pride: « Nous sommes des croisés. Nous ne combattons pas avec l'épée, mais avec les outils de la culture, la science et la technologie. Le peuple italien est attaqué par l'immigration et l'affaiblissement de la famille à travers la lutte pour le mariage homosexuel et la théorie du genre dans les écoles, écrivait-il. Tous ces thèmes connexes ont pour but de détruire notre communauté et nos traditions ».

Il cite Poutine comme un modèle. Le président russe montre comment faire face à ces menaces, selon lui: « C'est la référence pour ceux qui croient en un modèle identitaire de la société ». 

L'objectif des nouveaux gouvernants italiens est déclaré: revenir sur les timides avancées enregistrées ces dernières années sous les gouvernements de centre gauche.