États-Unis

Une école refuse le discours d'un élève gai, alors il le prononce au mégaphone !

Yannick LeClerc , L'agence AFP
Commentaires

Un établissement catholique du Kentucky avait jugé le discours trop politique... En tant que premier de la promo de son école catholique secondaire au Kentucky, Christian Bales était censé prononcer le discours de la cérémonie du diplôme. Mais le jour même, la direction de l'école lui a expliqué que son intervention était annulée, car ses propos étaient trop «politiques»

Son discours évoquait la force du militantisme des jeunes, notamment ceux de Parkland en Floride, qui se battent pour la régulation des armes à feu, ainsi que ceux qui ont défendu le retrait de statues sudistes dans le Kentucky. Afin de célébrer l'activisme de tous bords politiques, Bales avait aussi évoqué de façon positive les jeunes de son école qui avaient manifesté contre l'avortement. 

«Lorsque les discours ont été reçus, nous avons trouvé qu'ils contenaient des éléments politiques qui n'étaient pas en accord avec les enseignements de l'Église catholique», a précisé un communiqué du diocèse.

Le discours de la deuxième de la promo, Katherine Frantz, avait aussi été refusé à la dernière minute.

Bales, qui est ouvertement gai, n'avait pas évoqué les questions LGBT dans ses remarques sur l'activisme de jeunes. Pour la soirée de fin d'année de son école, il avait pu venir en talons hauts et combinaison fleurie, mais avait accepté, à la demande du proviseur, de s'habiller de façon «traditionnelle» pour la cérémonie de diplôme.

Afin de lutter contre la censure, le père de Bales lui a proposé d'amener un mégaphone pour faire son discours après la cérémonie officielle. Bales et Frantz ont donc finalement pu le prononcer devant une foule de parents et d'élèves, et ont été célébrés et partagés un peu partout sur internet.

«L'ironie de tout cela est que le diocèse a pris cette décision pour essayer d'étouffer leurs voix, mais le résultat est que leurs voix ont résonné encore plus fort», a expliqué la mère de Christian Bales.

Quant au jeune homme, il a dit qu'il espérait que l'incident servirait de leçon :

«Il y aura d'autres élèves comme moi. Il y aura d'autres élèves queer ou trans. Ça ne va pas s'arrêter. J'espère que cette expérience permettra de créer un environnement plus harmonieux pour les élèves de cette école».