Roumanie

Fiers de leur Gay pride

Yannick LeClerc
Commentaires

Environ 5000 participants pour la Gay Pride de Bucarest. Une vraie fierté pour la communauté LGBT dans un pays où l'homosexualité a été dépénalisée après l’an 2000. La Roumanie, c'est aussi le pays d'Adrian Coman, l'homme qui avec son conjoint - l'Américain Clai Hamilton - a obtenu gain de cause auprès de la justice européenne il y a quelques jours. Elle a estimé que ce couple, marié en Belgique, devait avoir la même liberté de séjour qu'un mari et son épouse, même dans un pays - en l'occurence la Roumanie - qui ne reconnaît pas le mariage homosexuel.


« Je suis très heureux que nous soyons ensemble, s'est félicité Adrian Coman en participant à ce défilé. Hier, nous avons fêté nos 16 ans ensemble et aujourd'hui nous avons une autre raison de nous réjouir avec autant de gens autour de nous. »

Également présents, l'ambassadeur d'Allemagne, qui rappelle que la Roumanie, comme cinq autres pays d'Europe de l'Est ne reconnaît ni le mariage ni l'union civile entre personnes du même sexe.« L'Europe est bâtie sur la diversité et je pense que cela devrait s'appliquer à tous les domaines, assure l'ambassadeur Cord Meier-Klodt. Nous devons porter les mêmes valeurs et permettre à chacun de vivre sa vie comme il le souhaite. »

Non loin de là, une marche « de la normalité » se tenait, organisée avec le soutien de la puissante Église orthodoxe.

« Les Roumains sont des chrétiens orthodoxes et devraient se comporter en accord avec cela, s'est indigné un prêtre. Nous ne sommes pas un pays d'homosexuels, nous ne somme pas Sodome et Gomorrhe. »

Les manifestants de cette contre-manifestation soutiennent l'idée d'un référendum pour que la constitution précise que le mariage est l'union entre un homme et une femme.