Village

La mairesse Plante va rencontrer Claude Cormier, concepteur des boules «18 nuances de gay»

L'équipe de rédaction
Commentaires

Une rencontre devrait avoir lieu cette semaine entre Valérie Plante et l'architecte paysagiste Claude Cormier, qui a créé les boules multicolores du Village. Aucune date n’a encore été définie, mais Mme Plante tient «à rencontrer l’artiste pour mieux comprendre sa décision et lui dire que ces boules sont une signature du Village», a fait savoir aux médias Geneviève Jutras, attachée de presse de la mairesse.

La mairesse de Montréal espère convaincre le designer de changer d'avis, à la suite de sa décision de ne pas réinstaller son œuvre rue Sainte-Catherine Est l'an prochain.

Ces boules, qui ont vu le jour en 2011, sont devenues un symbole fort de la ville et une carte postale de Montréal et elles doivent rester. Tel sera en substance le message que délivrera Valérie Plante à Claude Cormier cette semaine, selon l’entourage de la mairesse de Montréal, qui a fait savoir que Mme Plante avait été «surprise» par l'annonce de M. Cormier. « C’est un projet qui lui tient à cœur et elle aimerait le conserver », ajoute-t-elle.

Il y a une semaine, la Société de développement — propriétaire des 180 000 boules — a fait savoir que Claude Cormier, concepteur de l’installation intitulée «18 nuances de gay» avait décidé, huit ans après son démarrage, qu’il s’agissait de la dernière édition des boules.

«Il faut savoir se retirer au bon moment», avait alors fait savoir le designer qui craint que son œuvre «vieillisse mal». Ces boules de plastique ont une durée de vie de trois ans et elles se détériorent en raison des conditions climatiques. Elles ont d’ailleurs été remplacées à quelques reprises au fil des 8 ans.

L’an passé, après six ans de boules roses, ce projet a changé de forme, à l’occasion du 375e anniversaire de la métropole : les boules sont devenues multicolores, afin de rappeler le drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté gaie.

Rappelons que chaque année, l'œuvre est installée du début du mois de mai à la fin du mois de septembre, ce qui coïncide avec la piétonisation estivale de la rue Sainte-Catherine Est, entre la rue Saint-Hubert et l'avenue Papineau.

Si Valérie Plante a fait part de son souhait de voir les boules rester, y allant d’un «Moi, je vote pour les garder», sur sa page Facebook, la mairesse de Montréal est «ouverte à d'autres propositions» de la part de la SDC, a précisé sa porte-parole, en cas de refus de la part de Claude Cormier de revenir sur sa décision,.«L'idée, c'est de continuer de faire vivre et rayonner le Village», a-t-elle spécifié.

De son côté, la SDC du Village a affirmé être «très touchée par les manifestations d'amour de la part des Montréalais à l'endroit du Village et des boules». 

Avec La Presse et Radio-Canada