10 au 14 juillet 2018

Le vestiaire amoureux, à Montréal Complètement Cirque

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Ils sont acrobates, danseurs, mimes, gymnastes, clowns, ils parlent plusieurs langues, ils sont déjantés. Ils se nomment Luciano Rosso et Alfonso Barón et nous révèlent avec humour, tendresse et drôlerie ce qui peut se passer entre deux gars dans un vestiaire. Même la naissance d’une histoire d’amour. Depuis des années, les deux artistes tournent partout dans le monde avec ce spectacle Un Poyo rojo pour la plus grande joie des petits et des grands. Car le spectacle s’adresse à tous. Entre deux spectacles, Luciano Rosso a bien voulu répondre à nos questions. 

Comment vous êtes-vous rencontrés et comment vous est venu l’envie de créer un spectacle ensemble et de le partager sur scène ?

Alfonso Barón et moi, nous nous connaissions depuis longtemps dans le milieu artistique, et il a été appelé pour remplacer Nicolás Poggi, qui était l'interprète original de la pièce que nous avons créée avec Hermes Gaido en 2008. Hermès et moi avions déjà travaillé ensemble pendant de nombreuses années et nous étions en train développer notre propre langage artistique dans un centre culturel que nous avons fondé ensemble dans la banlieue de Buenos Aires. C'est ainsi qu'est né Un Poyo Rojo.

 

Au-delà de l’aspect performance, acrobatie, danses entre autres, pourquoi avoir choisi l’humour plutôt que d’autres formes d’émotions?

Je pense que l'humour a un pouvoir énorme en ce qui concerne la transmission d'un message. C'était toujours une chose naturelle pour moi. Je n'ai jamais considéré être un humoriste ou un amuseur parce que je l’ai toujours été, naturellement. Je suis né comme cela. Sans le vouloir vraiment, toutes les choses que j’entreprends sont tracées par une ligne d'humour. Je ne sais pas comment le faire autrement. Je pense aussi que l'humour nous invite à rire et que le rire est une part essentielle de la santé et du bien-être, c'est pour ça que je me sens à l'aise d'offrir ces éléments au public. 

Dans les recensions du spectacle Poyo Rojo, on parle d’un spectacle ouvertement gai. Pourquoi avoir voulu intégrer cette dimension homosexuelle dans le spectacle?

Quand nous avons commencé à créer ce spectacle, nous avons pris comme point de départ la relation réelle entre Nicolás et moi, notre relation réelle en tant que couple. Cependant, nous ne considérons pas avoir fait une pièce sur l'homosexualité, mais une pièce qui parle de l'amour dans son intégralité, sans étiquettes ni limites. Ils pourraient être deux êtres de tout genre, y compris un arbre et un chien qui racontent cette histoire. Mais nous croyons que raconter quelque chose qui nous est propre donne plus de pouvoir au travail, et bien qu'au début il y ait eu un peu de résistance du public, nous avons vite réalisé que c'était la meilleure décision.

Est-ce que nous aurons droit au fameux «Pollito Pio» par Luciano Rosso?

Bien sûr! Avec plaisir!

 

 ***

Pollito Pio est une chanson pour enfants qui joue sur le cri des animaux domestiques et de la ferme et à la laquelle Luciano Rosso insuffle sa propre interprétation hilarante. Deux artistes complets qui savent allier la grâce et l’humour, l’extravagance et la poésie, l’acrobatie et la sensualité, bref qui nous invite dans leur univers qu’ils ne cessent de cultiver, d’explorer et de nous donner.  

Poyo Rojo, Théâtre du Centaur, du 10 au 14 juillet, dans le cadre de Montréal Complètement Cirque www.montrealcompletementcirque.com/fr