Une auto...

Sportive ou cabriolet?

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Porche

Avec l’été, on peut se prendre à rêver, et à regarder déjà du côté des constructeurs pour les nouveautés de la rentrée. Et de profiter des congés pour penser ou non à changer d’autos, à regarder au hasard des déplacements, le véhicule qui correspondrait le mieux à nos rêves et à nos habitudes. Une donnée restera toutefois importante: la consommation, compte tenu des augmentations fluctuantes du prix du litre d’essence.

PORSCHE
Pour celles et ceux qui ne sont pas affectés par ces contingences à la pompe parce que leur portefeuille est bien garni, peut-être transformeront-ils un vieux rêve en réalité en s’offrant une Porsche. Une voiture qui, plus que de vous situer socialement, vous donne aussi beaucoup de plaisir à son volant. D’autant que la marque a su au cours de la dernière décennie effectuer un virage que certains jugeaient à l’époque une sortie de route assurée. 
 
Considéré comme le roi de la voiture sportive, Porsche a surpris tout le monde en sortant son premier VUS, le Cayenne. Un succès qui sera récidivé par l’arrivée de la toute première berline, la Panamera. Et pour terminer ce tiercé gagnant, le VUS compact Macan a pris tout naturellement sa place dans la gamme, récoltant aussi la faveur d’un certain nombre de conducteurs.Car trône toujours aussi mythiquement au-dessus de ses dérivés, la Porsche 911, l’emblème toujours concurrencée et jamais égalée par les autres constructeurs. Sauf que ce bolide 2+2 à toit rigide ou décapotable, n’est pas très polyvalent à moins de le considérer comme la seconde voiture que l’on sort du garage seulement quand les beaux jours sont revenus. Avec la Panamera, le Cayenne ou le Caiman, on peut rouler Porsche tous les jours et répondre ainsi à toutes les exigences qui peuvent s’offrir à chaque propriétaire. Promener les enfants, faire un énorme plein d’épicerie, emmener des amis en fin de semaine à la campagne, avec suffisamment de place pour que chacun soit à l’aise aussi bien au volant que comme passager. Essayez de faire rentrer deux adultes à l’arrière d’une 911 et je ne suis pas sûr qu’ils apprécient l’expérience tant l’espace et la petitesse des sièges sont comptés.
 
porsche
 
Les VUS et la berline Porsche ne déméritent pas de la marque. Ils ont conservé le sérieux de la construction, profite des avancées technologiques des célèbres coupés, et affichent le brin de sportivité propre à la marque. De plus, certains se déclinent en mode hybride, une tendance qui sera bientôt généralisée à toute la gamme pour celles et ceux soucieux du sort de la planète et de la fin programmée des énergies fossiles. Bien sûr, rouler en Porsche n’est pas donné. Le choix des motorisations peut aussi gonfler la facture et doubler le prix du modèle de base. De plus, la liste interminable des options, qui va du choix des couleurs de la carrosserie en passant par la texture de l’intérieur, de différents systèmes de sons aux aides à la conduite, risque d’augmenter la facture à laquelle il faudra ajouter les coûts à venir pour l’entretien de ces «petites» merveilles. En revanche, une fois au volant, et le contact mis, la sensation de faire partie d’une petite élite qui roule différemment ne manquera pas de vous flatter l’égo.
 
Il ne faudrait pas oublier que Porsche propose aussi des petites sœurs à la 911 et qui tout en étant plus abordables peuvent vous faire vivre l’expérience Porsche. Elles se nomment Boxter pour le cabriolet et Cayman pour le coupé. En fait, un seul et même modèle se cache sous ses deux appellations. On y retrouve la magie de la marque et elles peuvent servir à faire de vous un véritable aficionado de la marque au point de casser tous vos petits cochons-tirelires.
 
KIA
On aime la marque Kia et sa cousine Hyundai. Elles appartiennent au même groupe sud-coréen et seules des livrées différentes les distinguent. Elles ont su au fil des ans s’imposer, et à l’heure où les géants américains peinent à renouveler leur gamme de berlines et autres petites voitures au point même de vouloir les abandonner, Kia et Hyundai tiennent le haut du pavé.
 
Kia a récemment mis en marché son VUS sous-compact, le Kona. Et déjà le carnet de vente ne désemplit pas. Le Kona réunit ce qui se fait de mieux dans le petit monde très concurrentiel des VUS sous-compacts et propose des versions quatre roues motrices; une décision qui s’imposerait à n’importe quel constructeur et qui pourtant n’a pas été repris par Toyota avec son VUS CHR ou encore Nissan avec son futur VUS Kicks A.
 
Après avoir fait sa marque comme joueur incontournable dans le segment des berlines, des VUS, et des fourgonnettes, Kia a décidé de flirter avec des modèles aux ingrédients plus sportifs. La berline Stinger qui a fait récemment son entrée sur nos routes a été saluée par les critiques automobiles. Un coup d’essai qui se transforme en coup de maître. Plutôt que de dériver des véhicules déjà existants en leur greffant des motorisations plus puissantes et ornant leurs carrosseries d’un grand nombre d’accessoires voyants pour montrer leur caractère sportif, Kia a choisi de dévoiler un modèle propre, avec un nom propre, Stinger, pour implanter dans sa gamme ce nouveau créneau. Élégante et racée, quelle que soit l’angle sous lequel on la regarde, la Stinger annonce la couleur. On ressent la puissance maîtrisée mais qui peut être lâchée à tout moment. Les quatre sorties d’échappement à l’arrière sont les éléments qui inscrivent la Stinger dans la catégorie des voitures sportives. À l’image des Allemandes, l’intérieur privilégie le sérieux à l’esbroufe. Certains regretteront cette forme d’austérité, mais tout est pensé en termes de conduite et de sécurité sans laisser place à une quelconque distraction. Bien entendu, la Stinger bénéficie de toutes les combinaisons possibles en matière d’aide à la conduite, en matière de système de communication. Contrairement à bien d’autres constructeurs, deux versions de la Stinger sont proposées et sans option. La Stinger GT et la Stinger GT Limitée. Elles partagent la même motorisation, la même mécanique, seul le niveau d’équipements diffère. La première se détaille à partir de 46095$, la seconde à partir de 52895$. 
 
Kia stonic