Fierté Montréal, du 9 au 19 août 2018

FIERTÉ : Entre nouveautés et valeurs sures

André-Constantin Passiour
Commentaires

Du 9 au 19 août, on vivra au rythme de Fierté Montréal dans sa version originale! Évidemment, l’année passée, c’était une tout autre histoire avec la toute première Fierté Canada! En 2018, on revient donc à la formule habituelle. Habituelle? Non pas vraiment non plus puisqu’on y prévoit plus de 100 activités diverses et un gros défilé pour le 19 août! De grands spectacles jalonneront cette édition qui se déroulera au parc des Faubourgs, adossé au pont Jacques-Cartier. Des nouveautés seront au programme, parmi lesquelles, le spectacle de Michel Dorion, «Illusion», présenté en début des festivités cette fois-ci. 

Encore cette année donc, le festival s’étendra sur 11 jours en tout, incluant deux fins de semaine. La nouveauté de 2018 réside dans le fait qu’il y aura deux scènes au parc des Faubourgs : celle appelée Casino de Montréal, à l’intérieur, et la scène TD à l’extérieur. «Chacune présentera sa propre programmation, avec ses événements, etc. et ce, en simultanée. Donc même s’il n’y a plus la scène à la place Émilie-Gamelin, on aura deux program-mes diversifiés», explique le directeur des communications, François Laberge. «Également, on connaît mieux le site qu’en 2017, on a donc raffiné l’aménagement du parc cette année pour que ce soit le plus convivial  possible», indique pour sa part le directeur de la production, Jean-François Perrier. 
 Michel Dorion
Sur le site en tant que tel, on retrouvera l’exposition historique sur le drapeau arc-en-ciel et sur les «376 ans d’histoire LGBTQ», l’espace gourmand, l’espace sécuritaire jeunesse ainsi que celui des personnes QTPOC (queer, trans et person of color). 
 
Le coup d’envoi sera donné en grand cette année. Le vendredi 10 août, c’est là qu’on «bouscule la routine habituelle», de dire Jean-François Perrier. En effet, on procèdera à hisser le drapeau arc-en-ciel, de 18h à 19h, c’est la cérémonie d’ouverture officielle avec des artistes autochtones. De 19h à 20h, on dansera avec DJ Barbada, gagnant du concours MX Fierté Canada 2017. Réservez également le reste de la soirée, à partir de 20h, pour Illusion avec Michel Dorion! «On sort vraiment des sentiers battus cette année avec un gros, gros lancement du premier week-end, avec le spectacle de Michel Dorion où l’on rertouvera 30 drags locales sur scène», poursuit Jean-François Perrier.
 
Donc contrairement aux années antérieures, alors qu’Illusion se tenait la veille du défilé, cette fois-ci, l’emblématique spectacle à grand déploiement aura lieu dès la 1ière fin de semaine de Fierté Montréal! «On voulait donner un grand coup dès le début», rajoute François Laberge.
 
Michel DorionAutre événement à ne pas manquer, le jeudi 16 août, l’incroyable Drag Superstars. Cette édition de 3 heures sera animée par nulle autre que la subtile Bianca Del Rio et mettra en vedette 12 talents de la célèbre téléréalité RuPaul's Drag Race, dont Monet XChange et Pearl. «C’est la 3e édition de cet événement et ce sera la plus grossse édition jusqu’à présent, continue le directeur de la production, Jean-François Perrier. Dès la toute première année, cela avait été tellement populaire que la police avait fait fermer l’accès au parc Émilie-Gamelin tellement il y avait du monde.» Pour les fans finis, il y aura un «Meet and Greet» avec les Drags Superstars, dès 18h30. 
 
Qui dit Fierté Montréal, dit aussi Journée communautaire qui se déroulera le 18 août sur Sainte-Catherine entre Saint-Hubert et Papineau. Comme d’habitude, organismes d’aide et d’appui, de loisirs, de sports, les groupes ethnoculturels, les associations de défense des droits LGBT et plus encore se retrouveront dans les kiosques pour informer le public et pour renseigner les gens…  «Déjà en date du 7 juin, il y avait 91 groupes ou organisations inscrites officiellement. Ce qui est de bon augure pour la suite», dit le directeur des communications, François Laberge.
Calum Scott 
Après la Journée communautaire, en soirée, on a remplacé Illusion par un autre spectacle où on pourra entendre, notamment la chanteuse canadienne de réputation internationale Deborah Cox (qui fait dans la musique pop, R&B et dance), et le chanteur britannique  Calum Scott (que nous avons interviewé dans l’édition de mars dernier de Fugues) au style de soft rock, pop, soul. «Il y aura deux autres vedettes qui s’ajouteront et qu’on ne peut encore dévoiler pour l’instant», d’ajouter François Laberge. 
 
Bien sûr, le lendemain (19 août), il faudra se diriger vers le boul. René-Lévesque, pour le défilé. «En date du 7 juin, il y avait au-delà de 100 contingents d’enregistrés avec environ 4 800 participants/marcheurs… Ça risque donc d’être aussi gros que l’an dernier !», de souligner Jean-François Perrier. Le départ se fera dès 13h, angle Metcalfe, en direction est, pour se terminer à Alexandre-deSève, une distance de 2,7 km. On revient à la thématique des couleurs de la bannière arc-en-ciel et cette année c’est le «BLEU», symbole de l’harmonie telle que l’avait conçu le défunt Gilbert Baker, le créateur de ce drapeau. 
 
Comme c’est la tradition, après le défilé on pourra se déhancher lors du MEGA T-Dance ! Et quel alignement qui comprend le sexy DJ Suri (originaire de Valence), la déesse des platines Morabito, avec invitée spéciale Samantha Fox, puis se sera au tour du légendaire DJ new-yorkais Hex Hector d’être aux commandes des platines. Ultimement, le spectacle de clôture, à 22h50, avec les Top 3 Mx Fierté : Tracy Trash, Uma Gahd et LaDrag On-Fly. Toute une soirée en perspective, donc, pour terminer en beauté cette édition 2018 de Fierté Montréal !
 
Pour plus d’infos:   www.fiertemontrealpride.com


Tout récemment, Fierté Montréal annonçait sa liste de «Coprésidents d’honneur», qui est composée cette année de : 
  • Dany Turcotte : comédien et animateur, il est porte-parole de la Fondation Émergence, on le connaît pour son rôle de «fou du roi» dans l’émission Tout le monde en parle ; 

  • Kennedy Olango : est un militant LGBT au Kenya et gestionnaire pour un organisme de défense des droits des jeunes (Men Against AIDS Youth Group), entre autres ;  

  • Julie Lemieux : la première femme trans à occuper un poste de mairesse pour la municipalité de Très-Saint-Rédempteur, et ce, depuis les élections de novembre 2017. Elle était conseillère municipale depuis 2013 ; 

  • Dominique Lavergne : la 1ère Mme Cuir Montréal (en 2017) est impliquée dans la communauté cuir/fétiche LGBT depuis une quinzaine d’années déjà. Avec le départ de Michaël Verret, elle est maintenant la présidente du comité Weekend Fusion qui organise les concours fétiches de Montréal ; 

  • Gus Kenworthy : originaire de Telluride au Colorado, est un skieur acrobatique olympien, il a remporté la médaille d’argent lors des Jeux de Sotchi (Russie), en 2014. Il a participé aux Jeux de Pyeongchang (Corée du Sud), en 2018. Ouvertement gai, il a reçu des menaces et des commentaires négatifs suite à un baiser donné à son petit ami, télévisé lors des Jeux olympiques; 

  • Miss Major Griffin-Gracy : Elle fut de la rébellion Stonewall en 1969 et s’est retrouvée incarcérée à la prison d’Attica quelques mois après l’émeute de 1971. Ces dernières années, Miss Major a occupé le poste de directrice générale du Transgender Gender Variant Intersex Justice Project (TGIJP) de San Francisco, organisme communautaire pour la défense des droits des femmes trans racisées, à l’intérieur et à l’extérieur des centres de détention et qui est dirigé par des femmes trans de couleur ;

  • Jack Brasseur : activiste pour les droits queer dans les Territoires du Nord-Ouest, Jack Brasseur a confondé de la Coalition Rainbow de Yellowknife, l’unique organisme de soutien à l’intention des jeunes queers et trans des Territoires du Nord-Ouest, et a fait partie de l’équipe qui a ouvert le tout premier Centre Jeunesse Queer sur le territoire.