du 27 juin au 1er juillet

Plusieurs nouveautés pour la 19e édition de Mtl en Arts !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Kiosque d’un artiste exposant

C’est du 27 juin au 1er juillet que seront dressées les tentes sur la rue Sainte-Catherine pour permettre aux artistes de présenter leurs œuvres. Une véritable galerie d’art à ciel ouvert pour le Festival Mtl en Arts! 90 exposants et 160 artistes en tout seront présents pour cette 19e édition déjà. Performances en direct, événements festifs, créations de murales, remises de prix, etc., ce festival attirera le public de bien des façons. Le tout, souhaitons-le, sous un ciel radieux et une température clémente…

«Ce sera une festival où il y aura des activités qui reviennent, mais où il y aura aussi des nouveautés», souligne Stéphane Mabilais, le directeur général du festival Mtl en Arts. Le lancement du festival se fera le 26 juin, dès 17h, à la Galerie blanc (face au Cabaret Mado). Performances artistiques, musique, DJ, et plus encore attendent le public. Cet événement est ouvert à tous.
 
Le festival en statistiques: 45% sont de nouveaux exposants; 52% sont des professionnels, tandis que 48% sont émergents. On a presque la parité hommes/femmes chez nos artistes, puisque qu’il y a 49% de femmes et 51% d’hommes. Par ailleurs, 87% des artistes se consacrent aux arts visuels et 13% aux métiers d’art; 24% sont de la diversité culturelle; 78% proviennent de la région de Montréal; 63% sont des diplômés en arts; et, enfin, plus de 12% sont issus de la communauté LGBT.
 
Comme pour 2017, plusieurs projets ayant connu un bon succès sont de retour pour l’édition 2018: «Ma première galerie d’art», en collaboration avec Québécor, les gens pourront faire peindre leur auto par des artistes et en faire une œuvre avec le projet «Amène ton char»! «Ça déménage» permet à des parti-culiers de donner une seconde vie à leurs vieux meubles en les transformant en créations artistiques: on les dépose ainsi le matin et on revient les prendre le soir et voilà! On participe ainsi à la revalorisation d’un meuble. La compétition joyeuse de la «Boxe picturale» amusera le public avec ce combat amical de peinture en direct avec 16 artistes sur huit thèmes différents. La murale collective sous forme de «Peinture à numéros» – une invitation au grand public à y participer – est de retour avec l’artiste X-RAY (Bryan Lanier). La zone des enfants reviendra également. Il y aura du «Body painting» au bar l’Aigle Noir, le 30 juin en soirée.
 
Les fameux «Totems» collectifs se transformeront cette année en murale éphémère de 16’x8’. En collaboration avec l’Accueil Bonneau, cette murale reflètera le thème de l’itiné-rance. «Par la suite, l’œuvre sera reproduite, signée par les artistes et vendue, poursuit M. Mabilais. Et 50% de la vente sera versée à l’Accueil Bonneau.»
 
Ça déménage
 
Les concours du «Choix du public Desjardins» – soit 1000$ en plus de 500$ offerts par la Chambre de commerce LGBT du Québec – est renouvelé cette année, également, mais il y a plus encore: dès qu’on achète une œuvre, on est inscrit pour gagner un prix. «Cette année, les membres du conseil d’administration du festival remettront un prix à un artiste exposant, ce qui est une première!», rajoute Stéphane Mabilais. La remise des prix s’effectuera le 1er juillet, au Cabaret Mado. Ainsi, plus de 9000$ seront remis en prix aux divers artistes.
 
Grâce au programme d’Art mural de la Ville de Montréal, une grande murale sera réalisée sur l’édifice du restaurant Steak House du Village, à l’angle de Sainte-Catherine et de la Visitation. Cette murale permanente sera exécutée par l’artiste franco-québécois Dodo Ose, du collectif A’shop, «sous la thématique de l’inclusion puisque nous sommes dans le Village gai après tout», de dire Stéphane Mabilais. L’artiste avait soumis deux esquisses et le public pouvait faire un choix via un vote populaire sur les réseaux sociaux du festival, entre le 30 mai et le 5 juin.
 
«C’est un programme assez intéressant de la Ville qui nous permettra, espérons-le, de laisser quelque chose de permanent après chaque édition du festival et qui contribue ainsi à embellir le quartier», explique M. Mabilais. La Ville offre ainsi la somme de 10 000$ pour la création de ces murales. On pourra discuter avec l’artiste Dodo Ose, le 29 juin, lors de sa conférence sur la murale, de 21h à 22h au parc de l’Espoir (à l’angle de Panet).
 
En attendant de visiter les artistes durant le festival, vous pouvez admirer les œuvres des quatre artistes qui ont peint les bacs à fleurs sur la rue Amherst, entre Sainte-Catherine et René-Lévesque. Mono Sourcil, Germ Dee, Borrris et Arnold sont les créateurs qui se sont commis sur cette rue. Il s’agit ici d’une collaboration entre la Société de développement commercial du Village (SDC) et de Mtl en Arts. «Les couleurs sont une inspiration de la bannière arc-en-ciel, mais les artistes étaient libres de leurs créations», indique Stéphane Mabilais. 
 
Boxe picturale