Du 25 juin au 1er juillet 2018

«La peinture m'a sauvé»

André-Constantin Passiour
Commentaires
L’artiste peintre Alejandro Gomez Ugarte

L’artiste peintre Alejandro Gomez Ugarte, du Nicaragua, prendra d’assaut la rotonde de l’édicule de la station de métro Beaudry pour y exposer ses plus récentes oeuvres. Sa peinture, tantôt chaude, colorée, exubérante, tantôt plus classique et humble, étonnera par son style diversifié. Première exposition à l’étranger pour ce jeune peintre qui tentera de séduire le public montréalais et surtout LGBT. Ses créations seront ainsi présentées du 25 juin au 1er juillet.

Mais c’est tout un chemin qu’a parcouru Alejandro Gomez Ugarte. «Le machisme et la sévérité d'un père qui ne voulait rien savoir des talents de peintre de son fils, a entraîné Alejandro Gomez Ugarte dans la perdition des nuits chaudes de Managua (la capitale du Nicaragua). Des nuits interminables ou les drogues et l’alcool étaient devenus un style de vie. Quand il réalisa qu’il allait tout perdre, son amour pour la peinture et son désir de peindre furent  plus fort que tout.  La peinture a été plus forte que le vice, que l’alcool et que la drogue. Après avoir connu la décente aux enfers, il a passé six mois dans un centre de désintoxication et de réhabilitation», explique Jean-Guy Trepanier, qui est l’ami et le porte-parole de M. Gomez Ugarte à Montréal. 

Un David, des cygnes, un merveilleux papillon Monarque, ou encore une Pietà réinterprétée, la passion de la peinture conduit  Alejandro Gomez Ugarte vers plusieurs pistes. 

L’artiste peintre Alejandro Gomez Ugarte

«Son inspiration lui vient de la beauté de la vie et de l’amour des gens ainsi que de l’harmonie et de la splendeur de la nature», poursuit Jean-Guy Trepanier. «La peinture représente la nouvelle vie qu'il a décidé de vivre pleinement, après avoir passé dix ans à consommer drogues et alcool, continue M. Trepanier. Le premier contact qu'il a eu avec l'art de créer des images a eu lieu à l'âge de 12 ans, alors qu'il étudiait dans une école dirigée par des religieuses. Par la suite, il a fréquenté une école de peinture dans la magnifique ville de Granada (au Nicaragua). Alejandro Gomez Ugarte a été reconnu par ses pairs. Il a été reconnue à quatre reprises comme «peintre de l'année» au Nicaragua.»

«Aujourd’hui j’ai la chance de pouvoir faire connaitre mon art à l’extérieure des frontières de mon pays, en plus d’avoir  la chance unique de connaitre de nouveaux artistes. Je suis toutefois très préoccupé : j’ai quitté mon pays en période de confrontation entre les dirigeants du Nicaragua et la population civile. Depuis la fin avril, tous près de 200 morts ont été recensés suite aux différentes confrontations de violence entre les deux parties. Je suis déchiré de voir les gens de mon pays souffrir et de lutter pour leurs droits et pour leurs liberté d’expression. C’est une chance unique pour moi de pouvoir me retrouver dans un pays comme le Canada et de constater que ces mêmes droits de liberté et d’expression sont des acquis pour vous ici Canadiens et Québécois.  Je pense que vous ne réalisez pas la chance que vous avez de vivre dans un tel pays comme le Canada», affirme Alejandro Gomez Ugarte.  

L’artiste peintre Alejandro Gomez Ugarte 

C’est une chance unique pour le jeune créateur pour qui il s’agit d'un premier voyage au Canada et même de sa toute première exposition à vie ! Il a vendu des tableaux à partir du Nicaragua pour des clients en Europe (Allemagne, Belgique et Espagne), au Canada et aux Etats-Unis, ainsi qu’au Costa Rica et, bien sûr, à quelques clients au Nicaragua.

L'argent recueilli de la vente des peintures, à l'intérieur et à l'extérieur du du Nicaragua, servira à ouvrir un atelier pour les enfants démunis de Managua. «C'est un projet que j'ai toujours eu en tête. Une manière pour moi de donner au suivant. Et quoi de mieux que de donner à des enfants!», de souligner Alejandro Gomez Ugarte que l’on pourra donc rencontrer en personne lors de cette exposition.