Homophobie

Pour Safia Nolin, c'est parfois dur d'être soi-même en France

Chantal Cyr
Commentaires

En entrevue  à l'émission de radio de Christiane Charette, Safia Nolin a révélé avoir quelques difficultés à être elle-même quand elle visite la France.


Questionnée sur ICI Radio-Canada Première par l'animatrice, qui soulignait qu'elle avait été «adoptée» par le public français, l'artiste québécoise y est allée de quelques confidences :

«Je trouve ça intense. Je me suis dit: "wow, c'est vraiment nice! [l'amour du public français]"», a-t-elle d'abord reconnu.

Ensuite, elle a enchaîné en abordant la façon dont elle se sent devant le regard de certains Français, qui semblent avoir plein de préjugés. 

«C'est vraiment plus tough en France être moi qu'au Québec.»

Relancée par Christiane Charette, elle a expliqué qu'elle adorait la France, mais que «[ses] expériences d'homophobie ne se sont vécues qu'en France. Genre première journée: "embrassez-vous pas icitte!". À Paris, je me suis déjà fait donner un coup de pied dans la rue»,a-t-elle relaté.

«Avoir du poil sur les jambes, ici, personne ne me fait chier. En France, c'était genre, je vais me mettre une salopette parce que je suis tannée que les gens me regardent les pieds et les jambes.»

Elle a également indiqué que pour un spectacle à Paris, elle a dû changer une photo d'elle «parce qu'[elle] ne souriait pas, pis qu'ils capotaient».