Hongrie

15 représentations du musical Billy Elliot annulées après une campagne homophobe

Yannick LeClerc , L'agence AFP
Commentaires

Après une campagne homophobe contre le spectacle, 15 représentations de la comédie musicale « Billy Elliot » ont été annulées à Budapest. 

L'Opéra national hongrois de Budapest a dû annuler 15 représentations prévues de la comédie musicale « Billy Elliot ».

La version musicale du film culte sur un garçon anglais qui découvre son amour pour le ballet lors de la grève des mineurs des années 1980 a été créée à Londres en 2005 et a depuis été vue dans plusieurs pays à travers le monde.

« Billy Elliot - The Musical » devait également être donné à l'Opéra de Budapest entre le 19 juin et le 14 juillet pour 44 représentations. Mais le théâtre a annulé 15 dates, principalement des représentations qui s’adressaient à des étudiants.

La raison invoquée pour cette suppression de dates est un manque de réservations, selon le site web de l'opéra. Mais la véritable cause est en réalité la campagne de presse très négative qui a conduit à une forte baisse des ventes de billets. D’ailleurs, des réservations d’écoles ont été cancellées sous la pression de parents qui ne voulaient pas «soumettre leurs enfants à un tel spectacle».

Tout a commencé par la publication dans le quotidien de droite « Magyar Idok » de plusieurs articles reprochant « le caractère homosexuel » du spectacle « à un moment où notre population vieillit et décline et où notre pays est menacé d'invasion ». D'autres articles du journal, qui est considéré comme un soutien important de la politique du gouvernement d'ultra-droite de Viktor Orbán, ont parlé d'un « mode de vie déviant » promût par le spectacle ou d'une production essayant de « transformer les garçons hongrois en homosexuels ».

La presse hongroise proche du pouvoir est coutumière de campagnes homophobes. 

L’hebdomadaire pro-gouvernemental « Figyelö » a d’ailleurs publié une liste de chercheurs de l’Académie hongroise des sciences accusés de soutenir les droits des LGBT.

Avec de l'information de L'AFP.