États-Unis

L'argent du VIH détourné par l'administration Trump pour financer la détention des enfants migrants

L'agence AFP
Commentaires

L'administration Trump aurait utilisé de l'argent destiné à des programmes de traitement du VIH afin de financer la détention des enfants migrants.

Le site Slate rapporte que des documents budgétaires montrent que le financement du programme de traitement du VIH a été réaffecté pour financer la politique de l'administration Trump sur les enfants migrants, qui pourrait concerner des milliers de personnes d'ici la fin de l'année.

Selon ces documents, le financement du programme gouvernemental de prise en charge du VIH aux États-Unis est stoppé pour financer les moyens de rétention entrepris par l'Office de réinstallation des réfugiés (ORR).

Slate allègue que « le processus de transfert de ces fonds de lutte contre le VIH / SIDA a déjà commencé ».

Les documents de l'ORR prévoient que 25.400 lits pour les mineurs détenus seront requis d'ici la fin de l'année, ce qui crée un déficit budgétaire de 585 millions de dollars pour l'exercice 2018 et de 1,3 milliard de dollars pour le premier trimestre de l'exercice 2019.

Le programme « Ryan White HIV/AIDS », mis en place en 1990, et dans lequel l'administration Trump veut puiser, a été financé par plusieurs administrations présidentielles successives et vise à « fournir un système complet de soins comprenant des soins médicaux primaires et des services de soutien essentiels pour les personnes vivant avec le VIH ».

Interrogé par le site PinkNews, David Stacy de Human Rights Campaign, a dénoncé ce détournement de fonds.

« La cruauté de cette administration envers les enfants et les familles sans-papiers est inadmissible. Maintenant, nous apprenons qu'ils envisagent de détourner des fonds des programmes pour fournir des soins de santé pour les personnes vivant avec le VIH et un soutien médical vers les réfugiés afin de payer pour l'obsession sans coeur de ce président qui emprisonne des enfants ».

Le programme Ryan White HIV/AIDS est l'un des plus importants soutiens de santé publique aux États-Unis. Il est dans le collimateur du vice-président Mike Pence, qui s'est envisagait il y a quelques années de se servir de son budget pour financer les thérapies de « guérison » de l'homosexualité, dénonçant « les fonds fédéraux donnés aux organisations qui célèbrent et encouragent les types de comportements facilitant la propagation du virus VIH ».

La politique de lutte contre le VIH a déjà beaucoup souffert sous l'administration Trump. Le Président a fermé le bureau de la Maison-Blanche sur la politique nationale de lutte contre le sida et renvoyé tous les membres du Conseil consultatif du Président sur le VIH.