Jusqu’au 10 mars 2019

Explorez la créativité de la ville de Londres au Musée de la civilisation

L'équipe de rédaction
Commentaires
The Beatles blousons de tournée 1964 collection privée
Photo prise par © Stéphane Audet, Icône

Le Musée de la civilisation prend cet été des allures britanniques avec sa nouvelle exposition Ici Londres. Son campanile a d’ailleurs été décoré en Big Ben jaune et noir. À l’entrée de la salle d’exposition, les emblématiques taxi noir FX4 (grosseur réelle) et autobus rouge à impériale (modèle réduit) impressionnent. Le Musée a choisi de présenter la créativité de Londres, de l’après-guerre à nos jours.

Depuis 1950, la capitale britannique a connu des moments forts qui ont donné naissance à des mouvements, des courants ou à des modes dont les créateurs du monde entier se sont inspirés et s'inspirent encore, et qui ont influencé de nombreuses générations. Aujourd'hui encore, la force créative des Londoniens étonne, charme et parfois choque! Les Beatles, David Bowie, les Sex Pistols, Twiggy, Jo Gordon, et Paul Smith font partie de ces mouvements, de ces forces créatrices qui ont permis à la ville de Londres de renaître de ses cendres.


Découvrez Londres

Championne de la diversité, Londres compte presque 9 millions d'habitants et plus de 300 langues parlées! Jadis capitale d'un immense empire, elle a accueilli au fil des décennies des centaines de milliers de personnes provenant notamment des anciennes colonies britanniques en Asie, en Afrique et dans les Caraïbes.

Dans les années 1950, les jeunes se libèrent des valeurs traditionnelles, expérimentent, créent : musique, mode, arts, styles de vie complets. Plusieurs mouvements issus de la sous-culture britannique voient le jour : Rockers, Teddy Boys, Mods, Hippies et bien d'autres « subversifs »... Grâce à la jeunesse, la créativité et le commerce explosent.

Londres est le théâtre de moments exaltants : le Festival of Britain et l'arrivée du rock and roll, la Creative City actuelle, les fameuses Swinging Sixties, les cultures punk et club en 1970-1980 et la Cool Britannia au tournant du millénaire. Artistes, designers, créateurs de mode, musiciens, mannequins, photographes et jeunes consommateurs qui s'éclatent sur les mêmes scènes culturelles en ébullition.

Peu importe où vous vous promenez, Londres présente un mélange de cultures, de contrastes et de contradictions nourrissant sa créativité comme en témoigne la rencontre entre l'autobus rouge Routemaster, emblème vedette de Londres, et du chapeau de Jo Gordon nommé The Kiss of Death.


L'exposition « Ici Londres »

© Stéphane Audet, Icône - Sir Hardy Amies (1909-2003) Ensemble Teddy Boy, créé pour Hepworths Au plancher, une carte de Londres guide les pas des visiteurs. Au centre de la salle, une maquette représentant la « City of London » agit comme carrefour pour partir à la découverte des quartiers de création dont Chelsea, berceau de la mini-jupe et du mouvement punk, Soho, lieu d'excès, d'excentricité et surtout de contrastes, Abbey Road, où la Beatlemania ne dérougit pas et East End, revitalisé par le père du pop art, Papa Pop Hamilton, qui a influencé des générations d'artistes comme les Young British Artists des années 1990. Il y a également des endroits indissociables de ce bouillonnement artistique comme la Whitechapel Gallery, le Southbank Center et le Royal Academy of Arts. Ville de dualité et de tous les écarts, Londres vibre autant à travers la monarchie qu'à travers la musique punk.

À l'heure du numérique, le Musée de la civilisation bonifie l'expérience du visiteur avec sa nouvelle application Mon MCQ. Le visiteur bénéficie d'informations supplémentaires grâce à une narration de Geneviève Borne, grande passionnée de Londres et porte-parole de l'exposition qui incarne la voix de la ville, et par la réalité augmentée donnant vie à plusieurs objets. Par exemple, en cadrant le gilet des Sex Pistols, leur musique endiablée est déclenchée; en passant devant les oeuvres de John Lennon on entend Give peace a chance, tandis que la photo du célèbre mannequin Twiggy s'anime de pictogrammes des années 1950 sur un air bien connu de Tom Jones. Même le véritable taxi londonien, prêté par le Pub St-Alexandre, livre certains de ses secrets grâce à cette technologie!


Exposition «Ici Londres» au Musée de la civilisation jusqu’au 10 mars 2019. 
Prix d’entrée: 15$ pour les 18 à 30 ans et 22$ pour les 31 ans ou plus. 

Plus d'informations : www.mcq.org


Photos © Stéphane Audet, Icône  

Légende

The Beatles
Blouson de tournée 1964
Collection privée

En 1964, les Beatles effectuent leurs deux premières tournées aux États-Unis et au Canada. Précédés par une importante campagne publicitaire orchestrée par Capital Records, ils attirent les foules et provoquent la Beatlemania en Amérique. Ils se produisent à deux reprises au Ed Sullivan Show où ils pulvérisent les records d’audiences télévisuelles, et donnent des concerts dans des salles prestigieuses de New YorkWashington et Miami.

La seconde tournée s’étale sur une période d’un mois, en août et septembre 1964. Elle comprend une trentaine de concerts et nécessite une logistique importante, destinée à éviter les débordements des fans. Cette tournée confirme le succès des Beatles en Amérique du Nord. L’ensemble de ces événements fait d’eux les précurseurs de la British Invasion.


Teddy Boys 0159 0092 

Hardy Amies Ltd produit des vêtements classiques pour hommes et femmes, dont l’élégance lui assure le succès. En 1950, Amies reçoit le mandat de créer plusieurs tenues pour la tournée royale de la princesse Elizabeth au Canada

Surtout connu pour ses designs classiques, Amies favorise la coexistence de la tradition et de l’innovation, jusqu’à les fusionner parfois, trait caractéristique de la création de mode londonienne. Tout en continuant à servir leur clientèle huppée, certains tailleurs de Savile Row, comme Hardy Amies, adaptent la mode masculine de l’époque édouardienne au goût du jour et créent le style néoédouardien qu’affectionnent de jeunes hommes issus de la classe ouvrière : les Teddy Boys. Ce style fait l’objet d’une certaine renaissance au début des années 1970.

Sir Hardy Amies (1909-2003)
Ensemble Teddy Boy, créé pour Hepworths
Laine et velours
Londres, 1972 (revival de la version 1950)
Victoria and Albert Museum, T564 à 566-1993