Du 5 au 8 octobre

Une célébration du début de l’automne pour rassembler les communautés

André-Constantin Passiour
Commentaires
automne

Du 5 au 8 octobre 2018, à temps pour l’Action de Grâce au Canada et le Columbus Day des États-Unis, la métropole vibrera au rythme d’une nouveauté : le Carnaval des couleurs ! Sur la rue Sainte-Catherine Est, dans le Village, et qui sera piétonne pour l’occasion, on y installera des scènes pour des performances artistiques, musique, danse, DJ, drags, etc. Le tout dans un esprit d’ouverture sur le monde, sur les communautés ethnoculturelles et sur les personnes LGBT provenant de ces groupes. Mais que serait un tel Carnaval sans de la bouffe! Évidemment, on a prévu des kiosques de dégustation de saveurs culinaires et il pourrait aussi y avoir une «procession des lampions», le samedi soir, avec divers tableaux artistiques.

En collaboration avec la Société de développement commercial (SDC) du Village, ce festival s’échelonnera donc sur quatre jours. «Oui, c’est nouveau à Montréal, ça n’existe pas ! C’est un festival orienté vers les couleurs de l’automne, sur les saveurs multiculturelles, multiethniques pour amener tous ces gens dans le Village gai de Montréal, leur faire découvrir le Village afin qu’il y ait un dialogue qui s’établisse entre les gens des communautés culturelles et les personnes LGBT également…», commente Robert J. Vézi-na, le président de la Fondation BBCM qui organise la même semaine le Black & Blue. Comme on l’aura compris, le Carnaval des couleurs est mis sur pied par la Fondation BBCM, en parallèle avec le Black & Blue.
 
«C’est un mélange de plusieurs choses, c’est un projet innovant et structurant qui comprend des scènes avec des artistes, de la bouffe, des kiosques de groupes représentants des communautés culturelles, des performances avec des DJ, de la danse, une procession le samedi soir – mais attention, ce n’est pas un défilé ici, c’est autre chose – et une conférence  gratuite sur le thème de l’inclusion. Bref, le programme est chargé, mais le tout dépendra des subventions que l’on recevra. Par exemple, on parle de trois scènes, mais si on n’a des fonds que pour une seule scène, alors on concentrera le tout sur cette même scène. On laisse de la place à la créati-vité ici. C’est la première année de la tenue du Carnaval des couleurs, donc les choses sont appelées à évoluer, à changer…», indique M. Vézina. 
«Il s’agit d’offrir ici autre chose qu’uniquement des partys dans des salles – comme le Black & Blue – et qui s’adresse à un plus large public de touristes et d’excursionnistes et de gens des communautés culturelles dans un objectif d’échange et d’inclusion. […] Avec le temps, le Carnaval des couleurs est appelé à devenir un grand rassemblement incontournable du début de l’automne à Montréal, car il y a un creux au niveau des manifestations festives à l’extérieur pendant le week-end de l’Action de Grâce», explique Robert J. Vézina.
 
Éventuellement, «il y aura, le 6 octobre, une conférence qui mise sur la mixité des culture, sur l’intégration, sur l’inclusion, sur les valeurs démo-cratiques et les problèmes et les enjeux que vivent les personnes LGBT des communautés culturelles, mais nous attendons ici l’appui de Patrimoine Canada pour la tenue de cette conférence qui sera, elle aussi, gratuite», indique M. Vézina.
 
Le soir de ce samedi, dès 21h, on pourra assister à une «procession des lampions», si le financement se confirme, avec des performances artistiques diverses et qui sera chorégraphiée par Yanick Daigle, le directeur artistique des spectacles de l’événement principal du Black & Blue (dimanche 7 octobre au MTELUS, l’ancien Métropolis). «Cela pourrait devenir le «punch» du week-end, chaque tableau racontera une histoire. Par les costumes ou d’autres éléments, on fera un lien avec le thème «Chrome» du Black & Blue et cela rassemblera ainsi les deux événements», confie le président de la Fondation BBCM, Robert J. Vézina.
 
«On lance un appel ici, on recherche des musiciens, des chanteurs, des danseurs, des drags, des DJ, des artisans, etc., des gens qui seraient prêts à faire des prestations bénévolement la première année en échange de certains avantages pour nous aider à faire de ce premier Carnaval des couleurs une vraie réussite pour tout le monde !», souligne M. Vézina.