Lunetier en ligne numéro un dans le monde

Clearly entreprend une grande offensive de charme au Québec

Daniel Rolland
Commentaires
Arnaud Bussières président directeur général
Photo prise par © CLEARLY (sur la photo, Arnaud Bussières PDG)

Vous avez sans doute été témoin de la vaste campagne d’affichage en ligne et sur des panneaux publics que mène Clearly. Si la raison sociale du lunetier est bien connue à travers le pays, le Québec restait toutefois à conquérir. Et elle a des atouts qui risquent fort de séduire les consommateurs québécois.

Clearly a son siège social à Vancouver, là où l’entreprise a vu le jour, fondée en l’an 2000 par un canadien, Roger Hardy qui, quatorze ans plus tard, a vendu son commerce de lunetterie en ligne au numéro un mondial de la lunetterie, le géant français Essilor. C’était en 2014. C’est maintenant Arnaud Bussières son président directeur général (photo) qui est à la barre au Canada.
 
Et d’entrée de jeu il veut déboulonner quelques mythes entretenus au sujet de l’achat en ligne de lunettes. Premier préjugé qui revient parfois dans les conversations, à savoir que ce qu’on vend ce sont des produits de mauvaise qualité. «En raison de la présence d’Essilor qui a les plus hauts standards en matière de verre, on est assuré d’avoir la plus grande qualité qui soit, tient à préciser le PDG. Puis pour ce qui est des montures on ne fait affaire qu’avec les meilleurs fabricants au monde». Deuxième préjugé, qu’il y aurait une inquiétude à ne pas pouvoir toucher le produit. «Le risque d’une déception est si minime que si cela devait se produire, le retour est gratuit sous un délai de quinze jours et notre service client est disponible 7 jours sur 7 et 24h sur 24 pour répondre à toute question» enchaîne-t-il dans un même élan. 
 
Infiniment plus de modèles et à des prix incomparables
N’étant pas contraint à des limitations de pieds carrés comme c’est le cas pour des lunetiers qui tiennent boutiques avec des loyers hors de prix et des taxes d’affaires exorbitants qu’ils font refléter finalement sur le prix de leurs lunettes, Clearly se trouve donc a posséder deux très nets avantages.
 
D’abord plus de modèles en montre comme ne pourrait jamais en tenir en commerce, puis aussi des prix d’appels qui débutent à deux paires, montures et verres à partir de… 50$. Essayez de vous mesurer à ça. Et si Clearly a vite gagné en popularité, c’est qu’elle répond à cette demande des consommateurs pour des montures de qualité à prix abordable.
 
D’ailleurs, selon un sondage réalisé par la firme Léger au printemps dernier, c’est sept fois plus de Québécois qui commanderont leurs produits de vision en ligne d’ici les deux prochaines années.
 
Une mission sociétale
Clearly ne le claironne pas sur les toits, charité discrète oblige, mais elle s’est  également donnée une mission sociétale de grand mérite. Ainsi, pour chaque commande de lunettes, la compagnie en offre une gracieusement à une personne dans le besoin. «Depuis novembre dernier, ajoute M. Bussières, c’est plus de 250 mille paires de lunettes que nous avons offertes aux démunis partout sur la planète».
 
Peut-être ce sont pour toutes ces raisons que l’animatrice vedette de TVA Anouk Meunier a accepté d’être la porte-parole de Clearly. Elle brillait de mille feux lors du cocktail de lancement organisée sur la terrasse du Musée de la Pointe-à-Callières. Tout le monde la trouvait classe avec la monture qu’elle arborait ce jour là. J’écris ces choses, mais le mieux c’est d’aller «voir», excusez le jeu de mots facile, sur le site internet de Clearly.
 
Ici plus que jamais à la «vue» de ces montures et lentilles de contact, une image vaut mille mots.