À lire...

J’ai aimé : Confidences d’un curé libéré

Benoit Migneault
Commentaires
J’ai aimé : Confidences d’un curé libéré

Récit biographique épistolaire où l’on suit les amours, parfois de passage, de Camille, un étudiant en théologie qui devient éventuellement prêtre.


j'Ai aiméComposé des dix lettres, correspondant à dix hommes, le récit nous entraîne dans une découverte des sens qui débute à la fin de l’adolescence pour se terminer au début de l’âge adulte, bref le 15-24 ans. Alternant entre passion et tendresse, l’ouvrage se caractérise par deux axes peu habituels: la période ainsi que le milieu où l’action se déroule. En effet, la découverte de la sexualité de Camille va de pair avec la reprise des régions de la France jusqu’alors aux mains des forces allemandes: une libération qui se conjugue donc tant au niveau politique qu’au niveau des sens pour le jeune homme! Le milieu est également particulier puisque Camille est destiné à la prêtrise et que c’est donc bien souvent au cœur de ses condisciples qu’il développe son appréciation du corps masculin. Stratagème scénaristique ou capsule temporelle réelle d’une époque révolue? Difficile de trancher, mais j’aurais tendance à pencher pour la seconde hypothèse puisque Michel Bellin, l’ami et amant auquel les lettres furent remises, y ajoute de nombreux détails très tangibles. L’ouvrage nous convie à ses premiers frémissements de la chair où se conjugue souvent un appétit insatiable pour le corps de l’autre et une grande naïveté. D’abord publié en 2009, l’auteur nous présente ici une nouvelle édition, revue et augmentée. 
 
J’ai aimé: Confidences d’un curé libéré / Michel Bellin. Saint-Ouen (LEN, 2018, 93p.)