Dimanche 19 août 2018

Le grand bleu… un défilé comme on en aura jamais vu

Yves Lafontaine , Logan Cartier
Commentaires
defile

Le prochain défilé de la Fierté s’annonce comme le plus important à ce jour à se tenir dans les rues de la métropole québécoise. Il aura lieu le dimanche 19 août, dès 13h. Il s’agira du 12e organisé par Fierté Montréal, mais sachez que le premier s'est tenu il y a 39 ans, en 1979.

Les débuts
Désirant souligner les 10 ans de Stonewall d’une manière festive et revendicatrice, un comité nommé La Brigade rose organise, en 1979, un premier défilé/manifestation qu’on peut assimiler à l’embrion des futurs défilés de la fierté. La Gairilla — c’était son nom — aura deux éditions. La première rassembla un peu plus de 50 personnes et la seconde, l’année suivante, 250 personnes y prennent part. En 1981, des groupes communautaires se rallient et fondent le Gai-lon-la, puis la Marche Bleu Blanc Rose, des défilés qui ont lieu à la fin de juin. Pendant quelques années, l’événement se tiendra à la Fête Nationale du Québec, dont la date est avoisinante de celle de Stonewall. La Brigade Rose passe ensuite le flambeau à l’ADGQ (L’association des Gais du Québec), qui supervisera la fierté jusqu’en 1986.
 
Après un arrêt en 1987, des commerçants du Village prennent le relais, de 1988 à 1991, et les défilés attirent un nombre important de spectateurs et de curieux, parfois des milliers, pour célébrer la Parade de la Fierté gaie sur la rue Sainte-Catherine, entre St-Hubert et Champlain, au cœur du Village gai.
 
En 1993, Suzanne Girard (alors impliquée au Festival Image et Nation Gaie et lesbienne et au Festival de cinéma chinois) et Puelo Deir (un des organisateurs de la marche de dénonciation de la brutalité policière lors de la descente du party Sex Garage en juillet 1990) s’associent et fondent Divers/Cité, alors qu’aucun défilé n’a eu lieu en 1992.
 
Contre toute attente, le première édition attire plus de 5000 personnes. Rapidement, en moins de 5 ans, l’événement rassemble plus de 200 000 personnes. Reconnu internationalement, Divers/Cité devient partie prenante du Montréal LGBT et a fortement contribué a mettre Montréal sur la carte.
 
arc en ciel d'Afrique
 
Reprendre le flambeau
Fondé en 2007 à l’initiative des communautés de la diversité sexuelle et de genres, Fierté Montréal est aujourd’hui le plus grand événement du genre à travers toute la francophonie. L’organisme s’est donnée pour mission principale de soutenir et de promouvoir les communautés de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres locales tout en servant de phare d’espoir pour les communautés qui vivent dans l’injustice à travers le monde. Aujourd’hui, le festival de Fierté Montréal attire près de 2,7 millions de personnes localement et internationalement lors d’onze journées d’activités communautaires et culturelles qui comprennent notamment des spectacles gratuits, des panels, la journée communautaire et le défilé.
 
 
La cinquième couleur de l’arc-en-ciel
Pour une cinquième année, la thématique du défilé de la fierté sera inspirée d’une des couleurs du drapeau arc-en-ciel, créé par Gilbert Baker. La couleur mise de l'avant cette année est le bleu, symbole de sérénité et d'harmonie. Les participants inscrits au défilé sont invités à revêtir et à interpréter cette couleur ainsi que sa signification de manière originale. Y verra-t-on bleu comme le ciel et la mer qui ouvrent les horizons, comme l'eau qui nous unit et qui enlace Montréal, ou celle, limpide, qui ne peut rien camoufler! 
 
D'une longueur 2,7 km, le parcours partira symboliquement de l'ancien quartier gai de l'Ouest du Centre-Ville pour aboutir au cœur du Village actuel, de Centre-Sud. Circulant le long du boulevard René-Lévesque, le défilé débutera rue Metcalfe pour se terminer rue Alexandre-DeSève. 
 
Une ambiance festive sera à l’honneur avec toutes sortes de personnages colorés, des chars allégoriques thématiques, des danseurs et danseuses, des musicien(ne)s, et des représentant(e)s de nos communautés LGBTQ+. Venez encourager et saluer nos élu.e.s, les représentant.e.s des nombreux groupes communautaires et des Premières Nations, ainsi que tous les entreprises et autres organismes qui défileront avec nous par solidarité. Notez que des espaces réservés aux personnes à mobilité réduite sont prévus sur le boulevard René-Lévesque aux coins des rues de la Place Phillips et de la rue Amherst. Il est fortement encouragé d’utiliser le transport en commun pour venir voir le défilé. 
 
cuir
 
Les 40 ans du drapeau arc-en-ciel
Utilisé dans les célébrations de la fierté à travers le monde, le drapeau arc-en-ciel est un symbole de revendication identitaire. Et malgré son utilisation sous forme d’adhésif et la commercialisation d’innombrable objets qui portent ses couleurs, il est toujours vu comme une marque de reconnaissance, un code accepté par la société. Il apparaît comme un signe festif et revendicateur de l’appartenance à une communauté diverse mais unique. Bien qu’il ne fut réellement adopté au Québec que depuis les vingt-sept dernières années, l’arc-en-ciel existait déjà depuis longtemps. Il célèbre d’ailleurs son 40e anniversaire cet été.
 
C’est à San Francisco, en 1978, qu’est né ce symbole aujourd’hui internationalement reconnu. En réponse à l’appel lancé par le premier politicien ouvertement gai, l’activiste Harvey Milk, qui affirmait la nécessité de créer un symbole unificateur et positif pour la communauté, le militant Artie Bressan et l’artiste Gilbert Baker ont l’idée de créer un drapeau utilisant les couleurs de l’arc-en-ciel pour célébrer la diversité et l’espoir. 
 
Se basant à la fois sur le drapeau à cinq bandes utilisé lors des courses automobiles, sur les symboles propres au mouvement hippie (auquel Baker prenait part), sur le drapeau à cinq couleurs utilisé par les groupes pour la défense des droits des Noirs et sur un classique du cinéma américain, Le Magicien d’Oz, dans lequel Judy Garland interprète Over the rainbow, Gilbert Baker dessine un drapeau à huit bandes verticales, utilisant les couleurs rose, rouge, orange, jaune, vert, turquoise, indigo et violet. Aidé d’une trentaine de bénévoles adeptes de la couture, Baker fabrique deux énormes drapeaux en n’utilisant que des produits naturels et en appliquant la teinture à la main sur les fibres. Les drapeaux sont une commande du comité organisateur du défilé de la la fierté gaie et lesbienne de San Francisco, qui se tient le dimanche 25 juin 1978, et qui a adoré le concept de Baker. Le drapeau remporte un succès immédiat. Au lendemain de la marche, plusieurs groupes et participants demandent la permission de pouvoir l’utiliser lors des prochaines marches. La décision est prise pour qu’on le reproduise à plusieurs milliers d’exemplaires. Baker prend contact avec le plus important fabricant de drapeaux de San Francisco, la Paramount Flag Company, pour lui proposer la production à grande échelle du drapeau arc-en-ciel. Malheureusement, Baker avait teint à la main les couleurs, et comme la teinte rose vif n'était pas disponible industriellement à cette époque, la décision est prise que la version commerciale ne comporterait plus que sept bandes. 
 
En novembre 1978, la communauté homosexuelle de San Francisco est sous le choc de l'assassinat d’Harvey Milk. Souhaitant affirmer la force et la solidarité de la communauté homosexuelle après cette tragédie, le comité organisateur de la Fierté gaie décide d'utiliser le drapeau de Baker. Mais, de manière à pourvoir distribuer également les couleurs de part et d'autre du parcours de la marche à la mémoire de Milk — trois couleurs d'un côté de la rue, trois de l'autre —, on prend la décision d’éliminer une bande. Baker fait retirer la bande turquoise et remplace, pour des raisons esthétiques l'indigo par le bleu royal, formant le drapeau à six bandes (rouge, orange, jaune, vert, bleu, violet). 
 
Dès 1980, la version à six bandes du drapeau s'impose peu à peu durant les célébrations de la fierté à travers les États-Unis, avant de connaître internationalement le même engouement durant les année 90. 
 
 Gilbert Baker à New York en 1998 
Pour fêter les 25 ans de l'adoption par la communauté homosexuelle du drapeau arc-en-ciel, les organisateurs des célébrations de la fierté de Key West ont voulu battre un record symbolique : celui du drapeau le plus long, d’une dimension de 2,4 kilomètres. Le précédent record avait été établi à New York, en 1994, pour souligner le 25e anniversaire de Stonewall. Entre 2500 et 2600 personnes ont donc tenu ce gigantesque drapeau reliant l'Atlantique au golfe du Mexique. Un projet encore plus gros pour le 50e anniversaire de Stonewall serait en préparation.
 
 
LE DÉFILÉ, le dimanche 19 août, de 13h à 16h, sur le Boulevard René-Lévesque, de la rue Metcalfe jusqu’à la rue Alexandre-DeSève. Le moment de silence aura lieu à 14 h 30.  INFOS : www.fiertemontrealpride.com