Mode de vie éco-responsable qui bannit le superflu

Le Lagom

Sébastien Thibert
Commentaires
Lagom
Photo prise par © Lagom

Après le hygge du Danemark, le lagom venu de Suède s'invite chez nous. Objectif : proposer un mode de vie équilibré et harmonieux. Le lagom suédois est un mode de vie basé sur le principe du juste milieu, du «ni trop, ni trop peu». Cet art de vivre à la suédoise prône l'ordre, la sérénité, la simplicité. Il s'agit de créer un espace où il fait bon vivre, où l'on profite de l'instant présent et se satisfait de ce que l'on a. 

Ni trop, ni trop peu
Lagom est un adverbe suédois réputé intraduisible signifiant approximativement «moyen», «assez» ou «optimal». Il est fréquemment utilisé parmi les Suédois pour désigner une quantité ou une qualité qui est «ni trop, ni trop peu». De plus, est Parfois considéré le mot le plus suédois existant, lagom  est devenu le terme qui décrit cet art de vivre à la suédoise. Cela n'implique pas d'adopter un style particulier avec des éléments obligatoires ou à proscrire – ni ne vous oblige à acheter vos meubles chez Ikea. Dans nos sociétés actuelles, on ne cesse de nous vanter des buts et des objectifs à atteindre. On nous assène qu’on peut tout avoir. L’esprit lagom ne consiste pas à rechercher la perfection, mais la juste mesure. Il faut commencer par identifier ce qui compte vraiment, trouver le bon équilibre entre esthétisme et pragmatisme. L'objectif est d'avoir un intérieur pratique, agréable mais pas forcément parfait. 
 
Lagom
 
Allez à l'essentiel
Il n'est pas nécessaire de faire les magasins. Pour un mode de vie lagom, aménagez-vou un espace «misyg» qui est accueillant et épanouissant, à commencer par la maison, lieu privilégié pour se ressourcer. Un soin particulier est apporté à l’éclairage, qui doit être relaxant, et pas éblouissant. Pour encourager les échanges, on bannit aussi le canapé tourné vers la télé, remplacé par des fauteuils disposés autour d’une table basse. Mais surtout, nos vies sont chargées, nos intérieurs aussi. Or, le lagom enjoint à se désencombrer pour identifier les choses que nous aimons et qui nous servent. Bref, on arrête d’accumuler pour privilégier le fonctionnel et la qualité, avec un peu de vide pour se vider la tête. Commencez par identifier ce que vous avez et ce qui vous plait vraiment, ce qui peut être utile et ce qui ne l'est pas. Puis éli-minez ce qui n’est pas essentiel. Pour être lagom intérieur doit être fonctionnel et agréable à vivre.
 
Privilégiez la qualité à la quantité. Le lagom est éco-responsable. Évidemment, c'est plus cher à l'achat, mais il faut considérer cela comme un investissement à long terme. On opte pour des créations intemporelles et on ne consomme pas davantage pour être plus heureux. 
 
Lagom
 
Si certains ont tendance à réduire le lagom à une forme d’ascèse et de renoncement, pratiquer la modération, c’est apprécier ce que l’on a plutôt que ce que l’on n’a pas. L’esprit lagom, c’est donc se détacher des choses matérielles, pour s’ancrer dans le moment présent, et ne plus se fixer des objectifs inaccessibles qui finissent par nous obnubiler et nous empêcher de vivre. Être lagom, c’est aussi se débarrasser de tout ce qui encombre l’esprit : regrets, colère, frustration. Ce qui passe aussi par quelques heures de déconnection chaque jour et des liens sociaux entretenus dans la vraie vie plutôt que sur Instagram.
 
Mener une vie plus équilibrée, c’est avant tout vivre de façon plus durable. Avoir un bon karma lagom passe donc par les règles écologiques de base : réduction de ses déchets, achats d’occasion, économie d’eau et d’énergie, recyclage. Ainsi, on réapprend à faire quelque chose de ses dix doigts, par exemple en transformant une pile de vieux chandails en couverture patchwork. Vivre lagom, c’est trouver le bonheur non pas dans les biens matériels ou dans la réussite sociale, mais en ayant une existence harmonieuse.