Du 9 au 19 août 2018

Dix / Ten : la pièce sur l’orgasme ou l’Après-jouissance

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
DIX, la pièce sur l’orgasme ou l’Après-jouissance

Que penser de l’orgasme que l’on vient d’avoir ? Doit-on en parler avec le partenaire ou se murer dans un silence de contentement ? Syril Tiar lève le voile sur une intimité parfois difficile à mettre en mots. 10 couples se succèdent sur scène, couples gais, hétéros, lesbiens, et s’entretiennent sur l’orgasme qu’ils viennent d’avoir… ou non. Avec humour le plus souvent, 12 comédiens et comédiennes sous la direction de Philippe Gobeille pour la mise en scène osent plonger dans ce moment particulier que vit un couple juste après les ébats. Déjà présentée l’année dernière à la Comédie de Montréal, Dix /Ten sera présenté dans le cadre de Fierté Montréal à l’Espace Libre du 9 au 19 août prochain en alternance français anglais.

Syril Tiar et Alexandre Iannuzzi, l’un des comédiens présents lors de l’entrevue,  sont intarissables pour parler de la pièce sauf qu’ils ne veulent pas en dévoiler les punchs. On reste donc dans l’allusif, pour mieux donner envie de se précipiter à l’Espace Libre pour voir le résultat si l’on n’a pas vu la pièce l’année dernière. Bien sûr, qui dit orgasme, dit intimité, et comme le souligne Syril Tiar, « Par expérience, j’aurais envie de dire que si on n’avait filmé ce qui pouvait se dire et se jouer entre deux personnes après l’orgasme, cela aurait fait de bons moments de théâtre ». Et c’est de cette possibilité de capter ces instants qui ne sortent généralement pas des alcôves que Syril Tiar a écrit et conçu avec Philippe Gobeille ces 10 tableaux. « Bien sûr, je pense que les spectateurs qui viendront voir la pièce ont assez d’ouverture d’esprit pour entendre des propos qui pourraient être un peu choquants, mais au bout du compte cela reste tout à fait respectueux si j’en crois l’accueil reçu l’année dernière », ajoute Syril Tiar.
 
Et si l’auteur a choisi des couples gais, lesbiens et hétéros, c’est pour d’une part rejoindre le plus grand nombre et, d’autre part, pour montrer que, dans les discussions, les différences ne sont peut-être pas aussi grandes que cela. «Je voulais bien évidemment qu’il y ait un certain réalisme, mais aussi ne pas tomber dans le cliché, entre autres pour les couples de femmes, et je me suis entretenu souvent avec des amies lesbiennes pour vérifier que cela avait du sens sans être caricatural», avance Syril Tiar. Une précaution qui explique que la pièce ne met pas en scène des personnages de minorités ethniques ou de personnages trans. «Bien sûr que cela m’intéresserait mais là encore il faut être prudent et travailler en collaboration avec des personnes trans et de milieux ethniques, pour donner une vision qui soit la plus juste et bien loin de tous les clichés habituels », précise l’auteur qui ne ferme pas la porte à la possibilité d’inclure des personnages trans ou racisés dans une prochaine mouture.
 
Pour le jeune comédien Alexandre Iannuzzi, c’est un peu le hasard qui l’a mené à être de cette production. « J’étais à Montréal pour un autre projet qui ne s’est pas concrétisé, quand j’ai parlé à Syril. J’avais déjà travaillé avec Syril et Philippe Gobeille et j’avais adoré. Malheureusement, notre conversation a eu lieu juste après que Syril et Philippe aient fini les auditions. Et puis, alors que nous cherchions une solution, un des comédiens s’est désisté et j’ai donc pris sa place », raconte Alexandre qui ne cache pas son plaisir d’avoir enfin commencé les répétitions. Un lit, un couple qui vient de finir de faire l’amour, cela demande au comédien d’être à l’aise dans 
l’exposition aussi de leur intimité, mais pour Alexandre, la chimie entre les comédiens passe très bien. « Tous les comédiens et comédiennes dès le départ le contexte de la pièce et qu’il faudrait montrer cette intimité physique sur scène. Je crois que d’en parler dès les premières rencontres a fini de faire tomber les barrières entre nous, continue Alexandre, et donc de ne plus avoir cette gêne ».
 
L’occasion sera parfaite de retrouver l’extravertie Julie Fortin mais également l’iconique Catherine Leroux (qui faisaient toutes les deux déjà parties de la distribution initiale). Chez les garçons, le public découvrira donc Alexandre Iannuzzi mais également Sébastien Larocque et le dominicain Gabriel Cohen.  
 
l’orgasme ou l’Après-jouissance
 
DIX / TEN, la pièce sur l’orgasme  du 9 au 19 août, en alternance français et anglais,
à l’Espace Libre. Billets sur lepointdevente.com/billets/dixten 
De Syril Tiar. Mise en scène de Philippe Gobeille. Distribution : Julie Fortin, Brittany Roberts, Charleyne Bachraty, Melanie Alain, Kesia Demers, Gabrielle Labadie, Cath Larousse, Alexandre Iannuzzi, Nicolas Dupuis, François-Xavier Tremblay, Sebastien Larocque & Gabriel Cohen. Plus d’informations sur : www.facebook.com/dixlapiece et www.fiertemontrealpride.com



 

August 9 -19

The play on Orgasm presented during Montreal Pride

What happens after coitus? It’s the question that a famous playwright (by the name of Stephane) has pondered upon for some time. With ten post-coital scenes of couples, this old artist stages a line of comedians facing incongruous situations that will recall many of the scenes already experienced by the urban youth that TEN hopes to interest. The two « real » authors of  TEN (X in Roman numeral on the poster) are in fact Syril Tiar and Philippe Gobeille, already quite known on the Montreal scene. Syril’s work has been screened in several film festivals and on CBC short docs while Philippe has branded the staging of many theatre pieces in recent years (St-Jude Village and Leo for Pride in 2015 and 2016).The comedy,  TEN will be presented during 8 performances at l’Espace Libre in French and English and as part of the 2018 Pride.   
 
Website Box-office : lepointdevente.com/billets/dixten