International

La Chine veut faire interdire le drapeau de Taïwan aux Gay Games de Paris

L'équipe de rédaction
Commentaires

La Chine fait pression sur les organisateurs des Gay Games pour empêcher que le drapeau de Taiwan ne figure lors des jeux à Paris le mois prochain.

Les militants LGBTI de Taiwan ont accusé lundi la République populaire de Chine de faire pression sur les organisateurs des Gaies Games pour qu’ils interdisent la présence du drapeau taïwanais lors de l'événement international.

La Chine ne considère pas Taiwan comme un État indépendant, mais comme une province qu'elle revendique. Pour cette raison, les participants taiwanais à d'autres événements sportifs, comme les Jeux olympiques, ne peuvent pas y prendre part avec leur drapeau national et la mention du nom du pays est interdite. L'équipe est généralement appelée « Taipei chinois ». 

Lors des Gay Games de cette année, les Taïwanais étaient censés concourir sous leurs propres couleurs, mais ils ont été informés la semaine dernière par la Fédération des jeux gay (FGG) que le gouvernement français avait exprimé son inquiétude concernant la présence du drapeau taïwanais.

« Notre conclusion logique est que la Chine a protesté auprès du gouvernement français, sinon cela ne serait pas arrivé », a déclaré Yang Chih-chun, chef de la fédération des sports gai et lesbien de Taiwan. « Nous espérons que le FGG pourra résister à la pression », a-t-il déclaré.

La fédération internationale n'a pas encore commenté le conflit. Cependant, l'activiste sportif a déjà annoncé son opposition à d'éventuelles sanctions de la FGG: « Nous nous battrons jusqu'au dernier moment pour montrer notre drapeau national lors des Gaies Games ».

Les 10es Gay Games se dérouleront à Paris du 4 au 11 août, avec plus de 10000 participants attendus.

18 athlètes de « Chinese Taipei » sont inscrits sur la page d'accueil officielle de l'équipe paris2018.com à ce jour. Le nom « Taiwan » n'y apparaît pas.