Excuses

La Police de Calgary s'excuse auprès de la communauté LGBT

Ici Radio-Canada
Commentaires

« Aujourd’hui, nous reconnaissons que, dans le passé, nos actions n'ont pas toujours démontré le respect et la compassion auxquels avaient droit les Calgariens de la communauté LGBT, des valeurs que prône notre service », dit Roger Chaffin.

Il ajoute qu'avant la décriminalisation de l'homosexualité, en 1969, la culture au sein de l'organisation a contribué à la marginalisation des membres de la communauté LGBT. Même après la décriminalisation de l'homosexualité, le service de police a eu de la difficulté à bâtir une relation avec la communauté, selon le lui. L’inclusion est la pierre angulaire des villes, ce qui a été long à comprendre pour le service de police, pense M. Chaffin. Les actions de ses employés ont contribué à la perte de confiance de la communauté, même si celui qui est à la tête du corps policier aujourd'hui considère que les relations se sont améliorées depuis les dernières années.

Il y a encore beaucoup de travail à faire afin que les membres de la communauté LGBT de Calgar y aient complètement confiance en ses policiers. —  Roger Chaffin, chef de la Police de Calgary

Le souhait du chef de police est qu’un jour tous les Calgariens, peu importe leur identité sexuelle, sauront que les policiers sont à leur disposition.

« Je pense que ç'a été vraiment bien fait. Le discours faisait référence à différentes périodes de notre histoire. Le chef a parlé du passé, mais aussi du présent et du future », souligne le président de Fierté Calgary Jason Kingsley. Il est reconnaissant que le chef de police souhaite établir un dialogue.

Mark Randall, un membre du Comité consultatif sur la diversité sexuelle et du genre de la Police de Calgary, reconnaît l'importance de cette journée, mais pense qu'il s'agit que d'un premier pas sur un long chemin qu'il reste encore à parcourir.

Rappelons que le gouvernement fédéral a fait son mea-culpa l'année dernière tout comme la Ville et le service de police de Montréal. Pour sa part, la police de Toronto a fait ses excuses en 2016.