Japon

Une députée qualifie les homosexuels de personnes non productives dans la société

L'agence AFP
Commentaires

Plusieurs milliers de Japonais se sont réunis à Tokyo et Osaka les 27 et 28 juillet derniers pour protester contre contre les propos homophobes de la députée Mio Sugita.

Les propos d’une députée japonaise sur les homosexuels a suscité des réactions indignées dans son pays.

Dans une interview à un magazine donnée le 18 juillet dernier, cette élue du Parti libéral démocrate (PLD) nommée Mio Sugita a considéré que les personnes LGBT étaient «non productives» puisqu’elles ne peuvent «pas se reproduire. Je me demande s’il faut utiliser l’argent des contribuables pour elles».

La députée a également mis en cause  les médias qui encouragent les personnes «capables de vivre une romance normale et de se marier» à «devenir homosexuelles». 

Des manifestations ont été organisées le week-end dernier à Tokyo et Osaka pour dénoncer ces propos. Elles ont rassemblé plusieurs milliers de personnes  qui ont demandé la démission de la députée.

Un ancien secrétaire parlementaire aux Affaires étrangères a qualifié les propos de l'élue de «discours de haine».

«L’homosexualité n’est pas la définition du malheu» a déclaré un membre de l’opposition. «Ce sont des remarques discriminatoires comme celles de Mio Sugita qui nous rendent malheureux», a-t-il ajouté.