Prévention

Chemsex : 20 hommes gais décédés en un an à Lyon

Yannick LeClerc
Commentaires

Une campagne de sensibilisation vient dêtre lancée dans la seconde plus grosse ville française à lattention des gais et bisexuels adeptes de Chemsex.

En un an, vingt décès des suites de la pratique du chemsex auraient été répertoriés dans la région lyonnaise, rapporte le quotidien français «20 minutes»

Le Chemsex consiste à consommer des drogues de synthèse (GHB, amphétamines) dans sa pratique sexuelle, souvent en groupe,. Ce phénomène fait des ravages depuis plusieurs années auprès de certains gropes d’hommes gais dans de grandes villes comme Londres, Paris et New York.

Le Comité de coordination régionale de lutte contre le VIH (Corevih) local a dévoilé fin juillet une campagne de prévention face à la brusque augmentation (300%) des décès par overdose, infarctus ou AVC. Parmi les outils de sensibilisation, on compte «Chemsexeur», une série de vidéos réalisés qui ont pour objectif de toucher ceux qui pratiquent le sexe sous l’effet de la drogue sans se reconnaître eux-mêmes comme des chemsexeurs et ont l’impression de ne pas être concernés alors qu’ils le sont. 

Un des enjeux mis de l’avant est d’inciter les participants à des sexparties à identifier et réagir rapidement en cas de malaise d’un de leurs partenaires. Trop souvent, on constaterait une hésitation à appeler les secours, ce qui fait perdre des minutes qui peuvent être fatales.

https://chemsex.fr