Tunisie

Manifestation contre la dépénalisation de l'homosexualité à Tunis

Yannick LeClerc
Commentaires

Des milliers de personnes ont manifesté contre le projet du gouvernement de dépénaliser l'homosexualité, samedi 11 août dernier à Tunis.

Dans la capitale tunisienne, entre 6 et 7.000 personnes ont manifesté contre les projets du gouvernement visant à renforcer les droits des femmes et des minorités, notamment des homosexuels, samedi dernier, à l’appel de la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution, un rassemblement islamiste.

Des participants de tout le pays ont assisté à un rassemblement devant le parlement, dont de nombreux religieux.

Les manifestants ont brandi des pancartes telles que "Non pour changer les paroles divines" et "Les Tunisiens respectent les enseignements de l’Islam".

D'autres orateurs ont affirmé que les projets gouvernementaux violaient la Constitution et qu'une famille composée d'un homme et d'une femme avec des enfants était le noyau de la société.

Le rassemblement voulait contester le projet de loi du président Béji Caïd Essebsi qui prévoit des réformes du droit des femmes et des homosexuels. Une "Commission sur les libertés individuelles et l'égalité", créée par le président Essebsi, a présenté en juin un rapport préconisant en particulier la dépénalisation des rapports entres hommes qui restent très réprimés en Tunisie, même depuis la révolution.

La Commission conseille l'abolition complète de l'article 230, qui sanctionne les relations homosexuelles d'une peine allant jusqu'à trois ans de prison. 

Rappelons qu’en 2015, la Tunisie a officiellement reconnu Shams comme la première organisation LGBT du pays. Selon l'association, la police a arrêté l'an dernier au moins 71 personnes pour des faits d'homosexualité.

SuIte à la démonstration du week-end dernier, plusieurs associations ont appelé, lundi, à des rassemblements à Tunis pour exprimer leur soutien aux réformes envisagées.