Kazakhstan

Une militante LGBT condamnée à une amende pour une campagne sur les menstruations

Chantal Cyr
Commentaires

Une militante LGBT vient d'être condamnée à une amende au Kazakhstan pour «hooliganisme», après avoir participé à une campagne visant à briser le tabou que constituent les règles dans cette ex-république soviétique d’Asie centrale.

Un tribunal d’Almaty, la capitale économique du Kazakhstan, a condamné Janar Sekerbaïeva, militante et co-fondatrice du groupe féministe Feminita, à une amende d'environ 50 dollars canadiens, a constaté une journaliste.

Le 9 août, Janar Sekerbaïeva a participé à une séance photo en plein centre d’Almaty, visant à déstigmatiser les règles chez les femmes.

"Puisque ce sujet a été et reste toujours honteux dans la société kazakhe: on n’en parle pas et on préfère éviter toute discussion là-dessus", a expliqué alors le groupe Feminita sur son site.

Une semaine après, la militante a été emmenée vers un poste de police pour être inculpée pour «hooliganisme» à petite échelle, un délit passible de peines allant jusqu’à 10 jours de détention.

«Il est regrettable que des militants de la communauté LGBT soient jugés pour leur position civile», a déclaré Janar Sekerbaïeva.

«Nous n’avons agressé personne. Au contraire, pendant notre action, nous avons été l’objet de moqueries des passants», a-t-elle souligné, en annonçant son intention de faire appel de la décision du tribunal.

Au lendemain de l’inculpation, l’ONG Amnesty International a dénoncé les poursuites à l’encontre de la militante en appelant à y "mettre fin immédiatement".

«Au lieu de chercher des solutions pour briser le stigmate néfaste qui entoure la menstruation au Kazakhstan, les autorités ont choisi de mettre fin à la discussion que Janar Sekerbaïeva avait lancée de manière si courageuse», avait alors déclaré Heather McGill, d’Amnesty International.