Danse-Cité

Survol de la saison du labo de la création de la danse à Montréal

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
normale desire

Danse-Cité, c’est la rencontre des genres artistiques avec la chorégraphie. On ose, on tente les expériences. Laboratoire de création, Danse-Cité donne l’occasion à des chorégraphes, des jeunes comme des plus expérimentés de pousser plus loin leur création, et ce depuis 37 ans.

Pour la saison 2018-2019, Danse-Cité réitère un événement qui a connu un grand succès la saison el silencioprécédente, Nous (ne) sommes (pas) tous des danseurs – volet Québec. Rencontre originale, initiée par Sophie Corriveau et Katya Montaignac, sous la forme d’une table ronde dansée. 17 danseurs.euses de Québec et de Montréal, toutes générations confondues, discutent de danse entre eux et avec le public, et illustrent leur propos par de courtes chorégraphies. Une très bonne façon de s’initier à la danse contemporaine, d’en comprendre les mécanismes de création.
 
Elles sont jumelles, elles sont danseuses et elles sont aussi créatrices. Les sœurs Élodie et Séverine Lombardo, mieux connues sous le nom des Sœurs Schmutt seront de la 37e édition de Danse-Cité avec L’entité du double dans le cadre de Traces-chorégraphiques. 
 
Émile Pineault a connu le monde du cirque depuis son plus jeune âge et sera l’un des créateurs les plus regardés de la saison. Émile Pineault fonde son travail sur la transposition de la pratique acrobatique et explore la sensorialité et la corporéité pour toucher le spectateur. Avec Normal Desires, dont un extrait a été présenté dans le cadre du OFFTA 2018, Émile Pineault se débat avec un corps libre dévoilant des états émotifs et affectifs qui nous rejoignent et nous dérangent.
 
Eduardo Ruiz Vergara et ses complices Marie Mougeolle et Sophie Levasseur nous entraînent dans l’art de la perception et de la sensation de l’environnement par le toucher, scientifiquement appelé le concept haptique par opposition au concept optique où la vue est un lien important de notre relation au monde. Proposant une relation constante entre la perception et sa résonance dans l’imaginaire, Eduardo avec El silencio de la cosas présente une proposition «choréohaptique».
 
Enfin, Antonija Livingstone et Nadia Lauro proposent avec Les Études de réinventer l’hérésie, nécessaire à notre santé selon elles, en revisitant les symposiums de l’antiquité, où l’on buvait, philosophait et séduisait, réunissant dans une trinité le logos, le pathos, et l’éros. Mais le tout avec un angle féministe et furieusement queer, auquel participe des artisans invités et un chœur d’amazones. 

 
Nous (ne) sommes (pas) tous des danseurs – Volet Québec, 14 et 15 septembre, Maison pour la danse, Québec

L’entité du double, 4, 5, 6, 9, 10, 11, 12, 13 octobre 2018, Théâtre Prospero

Normal Desires, 22, 23, 24, 27, 28, 29 et 30 novembre et 1 decembre 2018, La Chapelle Scènes Contemporaines / Scènes Contemporaines 

El silencio de las cosas presentes. 16, 17, 18, 19, 23, 24, 25, et 26 janvier 2019, La Chapelle Scènes Contemporaines 

Les études (Hérésies 1-7). 12, 13, 14, 15 et 16 février 2019, Fonderie Darling

 
Plus d'informations sur le site de Danse-Cité www.danse-cite.org