Candidat aux élections provinciales 2018

Qui est Philippe Jetten-Vigeant?

Yves Lafontaine , André-Constantin Passiour
Commentaires
Philippe Jetten-Vigeant
Photo prise par © Philippe Jetten-Vigeant

Nous avons identifié près d'une quarantaine de candidat.e.s issu.e.s de la diversité sexuelle et de genre à se présenter aux prochaines élections provinciales. De ce nombre record, 30 personnes ont accepté de répondre à une série de questions que Fugues leur a fait parvenir, pour vous permettre de mieux les connaître. Candidat pour Québec Solidaire dans Iberville, Philippe Jetten-Vigeant a répondu à nos questions.

1.  Selon vous, être LGBTQ+ en politique, c’est un avantage, un inconvénient ou c’est hors sujet ? 

+ 2.  Croyez-vous, que l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, cela fait partie uniquement de la vie privée ou bien qu’à l’ère de la transparence, il faut aussi l’être à ce niveau ?

Faire le saut en politique, c’est savoir que des gens vont scruter votre passé et votre campagne à la recherche de l’élément qui vous rend différent, soit positivement, soit au point d’en faire un potin. Selon moi, à notre époque, il est mieux d’être authentique et de ne pas garder de squelettes dans le placard. C’est cette authenticité qui donne à un candidat ou une candidate son caractère unique. C’est aussi le message qu’on veut envoyer en politique comme ailleurs : quand on veut, tout est possible! Dans le fond, l’orientation d’un politicien ne devrait pas avoir d’importance, tant qu’il n’y a pas de discrimination. Dans ce cas, il est important de veiller à ce que les embûches possibles pour les personnes issues de minorités soient levées afin que tous et toutes aient leur mot à dire.

3.   Qu’est-ce qui a motivé votre engagement politique et à vous (re)présenter aux prochaines élections ?

Une des orientations de Québec Solidaire qui m’a convaincu d’en joindre les rangs est son attitude envers l’égalité des chances. Cette vision que je partage est celle d’un Québec ou tout enfant sera respecté pour qui il ou elle est. Cela vaut aussi pour les adultes, mais tous ces comportements commencent à l’enfance. Beaucoup d’entre nous ont eu à faire face à du rejet pour différentes raisons, confrontés par leurs pairs pour leur différence. Mais les gens qui votent pour nous croient que c’est justement cette différence, cette mixité qui fait la richesse de notre population. Et elle se doit d’être préservée à tout coût afin que tous les jeunes soient évalués sur leurs capacités et leur talent et leurs différences acceptées.

4.  Pourquoi devrait-on voter pour vous ?

Un vote solidaire est un vote pour une équipe qui fait l’effort de représentation de la population comme tout parti se devrait : nous avons plusieurs personnes candidates issues de la diversité sexuelle, 53% de femmes, 43 jeunes de 35 ans et moins ainsi qu’un grand nombre de personnes immigrantes de première et deuxième génération (je suis issue d’une 3egénération d’immigrants néerlandais).

Pour les gens de ma circonscription, un vote pour Philippe Jetten-Vigeant signifie qu’ils appuient mes priorités locales comme celle de dynamiser la région. Les régions en périphérie de Montréal – comme la nôtre - tendent à se vider de leur relève. Il faut s’y attaquer en permettant aux jeunes d’avoir accès à de la formation plus concrète et mieux financée; aux personnes aînées de recevoir des soins plus dignes avec des activités et des aliments locaux; et à la population active de pouvoir compter sur un milieu communautaire plus fort.

5.  Quel devraient être, selon vous, les enjeux les plus importants de la prochaine campagne électorale ?

Pour moi, il s’agit de l’environnement. Autant pour la question climatique à long terme que les questions de pollution à court et moyen termes, il est clair que les derniers gouvernements ont démontré une absence de politique stricte et une attitude de « girouette » qui les fait suivre l’opinion publique seulement quand cela leur bénéficie. L’absence de volonté politique pour atteindre nos objectifs de réduction des GES est flagrante. Ce n’est pas en finançant de petites mesures ici et là qu’on va l’atteindre. C’est ce cynisme grandissant qui m’amène à vouloir amener du sang neuf en politique provinciale afin de mettre le poing sur la table et cesser de financer les projets ou une poignée d’hommes s’enrichissent sur le dos de la classe moyenne. 

6.  Une phrase qui vous définit bien?

Je suis quelqu’un qui se présente pour que le gouvernement prenne des décisions qui reflètent réellement la population.

7.  Et maintenant en bref…

Votre lieu de naissance ?  Saint-Jean-sur-Richelieu, qui est le point central de ma circonscription.

Votre âge ?  22 ans

Votre état civil ?  célibataire.

Vos emplois principaux ou études des 5 dernières années :  Je viens de terminer un baccalauréat en agronomie. Auparavant, j’ai travaillé 3 ans au sein d’équipes de recherche et d’accompagnement en fertilisation raisonnée et en réduction des pesticides avant de me concentrer sur ce dernier enjeu au Pôle d’excellence en lutte intégrée.

--------------------------

VOUS AIMEREZ AUSSI : 

La position des partis sur les enjeux LGBTQ+

Plus de candidatures LGBTQ que jamais