Nigéria

57 homosexuels présumés arrêtés par la police dans un hôtel

L'agence AFP
Commentaires

La police nigériane a effectué une descente dans un hôtel et arrêté 57 hommes soupçonnés d'avoir des relations sexuelles homosexuelles.

Il s’agit de la deuxième action policière de ce type ce mois-ci, après que six hommes de l’État d’Abia, dans le sud-est du pays, ont été arrêtés dans un hôtel pour la même raison.

Les hommes arrêtés ont nié être homosexuels. Selon leur dire, ils auraient assisté à une fête d'anniversaire lorsque la police a pris d'assaut les locaux vers 2h du matin dimanche.

Comme ils se trouvaient dans l’État de Lagos, les hommes risquent d’être condamnés à la prison plutôt qu’à la peine de mort s'ils sont reconnus coupables.

« La police a fait irruption et arrêté des gens. Ils ont également arrêté [quelques] femmes, mais les ont laissé partir. La police ne nous a pas permis de connaître la nature notre infraction avant d’atteindre le poste de police hier, a raconté l'un des témoins de la scène. Au début, la police nous a dit qu’ils avaient trouvé des drogues illégales ».

Les autorités policières, elles, prétendent avoir découvert « des rites d’initiation gais pour les jeunes membres nouvellement recrutés » et confirment ainsi le ciblage homophobe de leur intervention.

Selon des informations des médias locaux, deux commissariats de police locaux ont pris d'assaut l'hôtel et ont découvert plus de 80 hommes rassemblés.

Au Nigéria, les rapports homosexuels peuvent faire l’objet d’une peine pouvant aller jusqu’à 14 ans d’emprisonnement datant de l’époque coloniale britannique.

Dans plusieurs régions à majorité musulmane, l'homosexualité est punie par des coups de fouet et même de la peine de mort.

Avec près de 190 millions d'habitants, le Nigéria est l'État le plus peuplé d'Afrique. La majorité de la population soutient la politique homophobe du gouvernement.

Dans une enquête menée à la mi-2013, 92 % des Nigérians préconisaient un renforcement de la loi contre les gais et les lesbiennes.