Cuba

Le mariage gai qualifié de colonialisme idéologique par l'Église

L'agence AFP
Commentaires

L'archevêquede Santiago de Cuba a estimé que le mariage homosexuel, qui devrait figurer dans la nouvelle constitution cubaine actuellement en débat, relevait du "colonialisme idéologique" imposé par les pays riches.

«Ignorer ce qui nous a été donné par nature ou aller à l'encontre des lois et processus inscrits, y compris génétiquement, au fond de nous entraîne toujours des conséquences lamentables, soit immédiatement, soit avec les années», écrit Mgr Dionisio Garcia dans une lettre publiée sur le site de conférence épiscopale cubaine.

Estimant que «ces idées» sont étrangères à la culture cubaine, il pointe du doigt la responsabilité de certains lobbys dans les pays riches, sans les désigner précisément, qui font preuve d'un «impérialisme culturel».

Ces pays, ajoute-t-il, «se prévalent du processus de globalisation croissant et essayent d'influencer (les autres) pour mettre en place une culture uniforme avec leurs propres critères en disqualifiant ceux des autres». «Ils sont pénétré les organismes internationaux, de telle manière que nombre de ces (lobbys) et gouvernements de pays riches exercent leur influence sur des pays moins développés qui ont besoin d'aide économique», écrit l'archevêque de Santiago de Cuba.

Selon lui, l'aide économique des pays riches est conditionnée à l'acceptation de ces idées. «C'est un nouveau colonialisme idéologique», a-t-il conclu.

Le projet de nouvelle constitution de l'île, actuellement en chantier, ouvre la voie à une légalisation du mariage entre personnes du même sexe, une des principales revendications de la communauté LGBT de l'île.

Avant le référendum national prévu le 24 février 2019, le projet doit être discuté au préalable lors d'un débat populaire, organisé du 13 août au 15 novembre dans les entreprises, les écoles, les universités et les quartiers.

Après la révolution castriste, les homosexuels ont été réprimés à Cuba, voire envoyés en camps de «rééducation».

Ce n'est qu'à partir des années 2010 qu'un début d'amélioration de leur condition d'existence a commencé à apparaître, notamment sous l'impulsion de la nièce de Fidel Castro.