Nigéria

Un candidat à la présidentielle promet de décriminaliser l'homosexualité

L'agence AFP
Commentaires

Pour la première fois en Afrique - à l'exception notable de l'Afrique du Sud - un homme politique, candidat à l'élection présidentielle dans son pays, a promis de ne plus criminaliser les relations homosexuelles s’il était élu en 2019. 

Actuellement dans l'opposition, Donald Duke, membre du Parti populaire démocratique et candidat à la présidentielle au Nigéria, a annoncé qu’il ne criminaliserait plus les relations homosexuelles s’il était élu en 2019.  

Invité d'une émission de télévision populaire, il a déclaré: "Je ne comprends pas les relations homosexuelles parce que je suis hétérosexuel, je ne comprends pas les sentiments des homosexuels mais je ne les criminaliserai pas. Je veillerai à ce qu’ils bénéficient de la protection de la loi".

Dans ce pays peuplé de plus de 150 millions d'habitants où l’homosexualité est encore fortement criminalisée et où règne une forte homophobie, cette prise de position est un événement, d'autant qu'elle émane d'un homme politique important et respecté. Donald Duke a été gouverneur de l‘État de Cross River au sud-est du Nigeria (1999-2007).

L'homosexualité est punissable de lapidation dans les douze États qui ont adopté la charia et elle peut être punie jusqu'à quatorze années de prison dans tout le Nigeria. Il n'existe aucune protection légale contre la discrimination.

Une loi promulguée en 2014 par le gouvernement de Goodluck Jonathan interdit le mariage ou l’union civile des personnes du même sexe. 

La police nigériane a il y a quelques jours effectué une descente dans un hôtel et arrêté 57 hommes soupçonnés d'avoir des relations sexuelles homosexuelles.