Pologne

Un maire homosexuel veut créer un nouveau mouvement pro-démocratique

L'agence AFP
Commentaires

Robert Biedron, 42 ans, seul maire polonais ouvertement homosexuel, a annoncé mardi la création de son mouvement rassemblant autour de valeurs « pro-démocratiques » piétinées, selon lui, par le parti conservateur Droit et Justice (PiS) au pouvoir.

« Le but numéro 1 est que les forces pro-démocratiques, avec notre mouvement en tête, gagnent » les prochaines élections, a déclaré Robert Biedron au cours d'une conférence de presse sur la place de la Constitution à Varsovie.

« Rien ne peut m'arrêter. J'ai décidé de faire de la politique il y a des années. Et comme on peut le voir: de manière efficace. Nous allons donner à nouveau des preuves de cette efficacité », a déclaré le très populaire maire de Slupsk (nord) et militant engagé pour les droits des personnes LGBT (lesbiennes, gais, bi, trans) en Pologne.

« En politique, je m'inspire aussi bien d'Emmanuel Macron, de Lech Walesa, que de simples citoyens ou journalistes et surtout de la constitution », a-t-il ajouté, en brandissant un exemplaire de la Loi fondamentale polonaise.

Le gouvernement conservateur du PiS, au pouvoir depuis 2015, est en conflit avec Bruxelles sur des questions liées à l'État de droit. La Commission européenne a entamé une procédure d'infraction inédite contre la Pologne concernant l'indépendance de la justice, qui pourrait aboutir à des sanctions financières.

Bierdon doit visiter dans les prochaines semaines une quarantaine de villes en Pologne avant un lancement formel en février. Il annoncera à ce moment le nom de son mouvement et son programme, à temps pour les élections européennes de mai, puis pour les législatives polonaises de l'automne 2019.

Interrogé sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle en 2020 il a répondu sur un ton ironique et évasif: « président, je le suis déjà », en référence à sa fonction de « président » de Slupsk (équivalent de la fonction de maire en Pologne), ville de 100.000 habitants. « Il faut beaucoup de courage pour défier ces géants (politiques) qui vont faire tout pour éliminer de la politique ceux qui ont des rêves », a-t-il ajouté, en référence aussi bien à la droite conservatrice qu'aux libéraux, qui se partagent l'électorat polonais depuis des années.

Le PiS est crédité d'un fort soutien des Polonais (40 %) dans les sondages d'opinion, tandis que l'opposition libérale, les partis de gauche et le parti paysan restent derrière les conservateurs. Les Polonais seront appelés aux urnes à quatre reprises d'ici 2020: les municipales du 21 octobre, les élections européennes et les législatives en 2019 et la présidentielle en 2020.