Vendredi, 28 janvier 2022
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresL'honneur perdu des superhéros

    L’honneur perdu des superhéros

    Brian Parrish, un bédéiste imbu de sa personne au dernier degré, est à un point tournant de sa carrière et décide de marquer un grand coup. Il va reprendre en main un vieux personnage de bandes dessinées, Princesse Parfaite (l’équivalent de Wonder Woman), et la transformer en superhéroine lesbienne. Évidemment, l’histoire provoque un boucan monumental.

    De fait, selon Jerome T. Kornacker, il s’agît même d’un acte quasi-terroriste qui demande une action rapide et brutale. Notre fanatique, qui vit toujours chez sa mère et approche de la fin de la vingtaine, décide d’intervenir pour changer le cours des événements.

    Ceux qui connaissent Robert Rodi sont déjà bien familier avec son sens de l’humour. Son premier roman, Folle de lui — qui portait sur une fille straight kidnappant un homme gai dont elle était follement amoureuse —, était en effet totalement hilarant. Dans ce cas-ci, toutefois, il manque un je-ne-sais-quoi pour que l’histoire décolle vraiment.

    Non pas que le récit soit inintéressant, mais il n’est tout simplement pas captivant : il procure simplement une lecture distrayante mais toute aussitôt oubliée. Je serai en fait beaucoup plus enclin à vous suggérer la lecture de son premier roman, mentionné plut haut.

    L’honneur perdu des superhéros / Robert Rodi. Montblanc : H&O, 2000. 255p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Publicité