Dimanche, 3 juillet 2022
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresOn écrase bien les cafards

    On écrase bien les cafards

    Pourquoi a-t-on assassiné Owen Sinclair, un réalisateur de série B tombé dans l’oubli? Il fut en effet découvert menotté à son lit, mort des suites d’un empoisonnement à la strychnine : une substance semble-t-il particulièrement douloureuse lorsqu’elle est ingurgitée.

    Pis encore, on retrouve, auprès du lit de la victime, une chaise de cuisine. Le ou la meurtrière aurait donc savouré de la première à la dernière seconde l’agonie de sa victime : quel forfait a donc pu accomplir cet homme pour mériter un tel tourment?

    C’est sur ces prémisses qu’interviennent la détective Kate Delafield et son co-équipier Ed Taylor qui découvrent rapidement que personne dans l’immeuble où résidait Owen ne regrette vraiment la mort de ce dernier.

    C’est alors que Kate pénètre de plein pied dans une histoire qui lui fera remonter le cours du temps et explorer les tenants et aboutissants de la grande chasse aux sorcières dont fut victime Hollywood dans les années 50 et dont les sympathisants communistes ainsi que les gais et lesbiennes firent les frais.

    La plupart des locataires œuvraient dans le domaine du cinéma à cette époque et plusieurs subirent les conséquences de cette vague d’intolérance. Owen Sinclair fut bien connu pour avoir dénoncé de nombreux collègues et souvent pour des motifs plus ou moins clairs. L’un d’entre eux aurait-il attendu plus de 30 ans pour passer à l’action?

    Kate Delafield fait par ailleurs face à un autre défi : faire la paix avec la mort de son amante survenue il y a quelques années et apprivoiser l’étrange attirance qu’elle éprouve pour deux des suspectes, Paula Grant et sa nièce Aimee.

    Une enquête intéressante quoique n’explorant pas suffisamment en profondeur la psychologie des personnages. On reste un peu en surface. Toutefois, la peinture que l’auteure réalise de cette période peu glorieuse de l’histoire américaine est bien rendue et le lecteur y glanera diverses informations et anecdotes fort enrichissantes.

    Une lecture de vacances.

    On écrase bien les cafards / Katherine V. Forrest. Montblanc : H&O, 2001. 191p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    The Lava in my Bones

    Boys of St.Petersburg

    Publicité