Nightbreed

0
34

Événement inattendu, et inespéré, qui a secoué l’éther: la sortie d’une version enfin complète, et autorisée par le réalisateur Clive Barker, du film commercialisé en 1990 qui avait été copieusement charcuté par les producteurs.

Pourquoi en parler ici? Parce que ce dernier est truffé de métaphores articulées autour des réalités LGBT : violence, intolérance sociale et religieuse, le pouvoir médical, amours interdites, nécessité absolue de laisser libre-court à ses pulsions, etc.

Un critique l’a même qualifié de première épopée d’horreur gaie et ce, même si l’homosexualité n’y est jamais clairement évoqué : les thématiques sont cependant très suggestives à cet égard.

En 1996, six ans plus tard Clive Barker faisait sa sortie du placard. Le film, basé sur son roman Cabal, relate l’histoire de Boon, un homme dont les rêves sont peuplés d’une myriade de monstres.

Suite à un concours de circonstances, il devient un mort-vivant, se retrouve dans un cimetière et réalise que les monstres ne sont pas ceux qui se terrent sous le cimetière, mais bien les hommes qui les traquent. S’ajoute à cela un psychiatre inquiétant, magistralement interprété par David Cronenberg, une jeune femme transie d’amour pour notre héros et une fantastique galerie de monstres.

Offert en deux formats Blu-Ray/DVD, une édition de luxe de trois disques et une autre n’en comportant qu’un, comptant plus de 40 minutes de séquences supplémentaires, que l’on croyait perdues depuis 25 ans.

Partez à la découverte d’un monde fantasmagorique et du mort-vivant le plus sexy que le cinéma ait jamais présenté! 

Nightbreed / Clive Barker. Los Angeles : Shout! Factory, 2014.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici