Samedi, 31 juillet 2021
• • •
    Publicité

    Vivre avec le COVID-19 est une expérience différente pour les personnes vivant avec le VIH

    Vous ne pensez peut-être pas que ce serait un avantage d’être séropositif et indétectable pendant une pandémie, et vous vous trompez. 

    Alors que nous continuons tous à traverser cette année infernale de COVID, beaucoup d’entre nous hésitent encore entre trop prudents et trop exposés. Même si le CDC a publié ce qui semble être des directives assez claires pour freiner la propagation de l’infection, chaque État a adopté sa propre approche, semblable à sa culture politique, qui nous a tous un peu confus. Cependant, tout le monde semble comprendre que les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents devraient procéder avec la plus grande prudence, car elles sont les plus à risque de mourir.

    Tout au long de la pandémie, j’ai entendu plusieurs itérations du même sentiment de la part de personnes bien intentionnées. La croyance était que je devais être plus prudent que la plupart à cause de mon statut VIH. Et au début, je me demandais certainement si mon système immunitaire était effectivement considéré comme un problème de santé sous-jacent.

    Cependant, au fur et à mesure que l’année avançait, ma nervosité s’est transformée en une confiance prudente. Lors de ma visite trimestrielle de routine avec mon médecin pour vérifier les résultats de mes tests sanguins, j’ai pu poser des questions et confirmer ce que le côté logique de mon cerveau soupçonnait depuis le début. Tant que j’étais indétectable, mon statut VIH n’était pas un facteur de mon risque de développer un cas grave de COVID. Naturellement, j’étais soulagé. Tout comme dans toutes les autres facettes de ma vie, être sous traitement signifiait que ma vie était relativement inchangée. En fait, j’avais un avantage. 

    Non seulement mes résultats de laboratoire ont révélé mon nombre de lymphocytes T et ma charge virale (qui est restée indétectable), mais ils m’ont donné un aperçu détaillé de l’état de ma santé. De mes fonctions hépatiques et rénales à ma densité osseuse, j’avais des informations privilégiées que la plupart des gens de mon âge ne reçoivent jamais, et encore moins à tous les trimestres. 

    Cela ne m’a pas incité à être imprudent ou à ne pas tenir compte des précautions de base (se laver les mains régulièrement, porter un couvre visage dans un lieu fermé hors de ma résidence et de garder une distance de deux mètres lorsque je croise quelqu’un), mais cela m’a donné l’assurance que ma santé était sous mon contrôle. 

    Cet «avantage d’être séropositif et indétectable» n’est pas autant un effet secondaire de mon statut que le symptôme de mon privilège d’être au courant de mon état de santé plus que la majorité des gens. Et, en 2021, ce privilège est la plus grande condition sous-jacente qui peut souvent faire la différence entre être à risque ou non. 

    Malheureusement, pour bien des personnes la simple tâche de porter un masque et d’éviter les foules est encore trop demander. 

    Vous savez, un autre avantage qui vient d’être séropositif et indétectable est que cela m’a appris à ne pas seulement valoriser ma propre santé, mais aussi celle de ma communauté. Je ne prends pas seulement mes médicaments pour rester en bonne santé, je prends cela pour faire ma part pour arrêter la propagation du virus. Après tout, quel est l’intérêt de survivre si ceux que vous aimez ne sont plus là pour partager votre vie? 

    Évidemment, les différences entre le VIH et le COVID l’emportent de loin sur les similitudes, mais il y a une leçon à donner à la santé des autres avant vos propres désirs et désirs. 

    Alors masquez-vous et restez vigilants, mes amis. 

    Tyler Curry

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité