Samedi, 27 novembre 2021
• • •
    Publicité

    Avec le Covid, les utilisateurs de Grindr disent chercher une relation durable

    La personnalité d’un partenaire est devenue la donnée la plus importante pour la majorité des utilisateurs de Grindr depuis le début de la pandémie, selon une nouvelle enquête.

    L’appli de rencontres a demandé à 10.000 utilisateurs d’applications aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Mexique, au Brésil et en Inde comment le Codid-19 avait affecté leur vie amoureuse et sexuelle, et «comment leurs comportements et leurs attentes avaient changé depuis le début de la pandémie».

    La personnalité d’un partenaire est devenue la donnée la plus importante pour la majorité des utilisateurs de l’application depuis le début de la pandémie, selon l’enquête : «la communauté Grindr semble utiliser ce temps pour approfondir ses valeurs fondamentales: ce qu’elle attend d’un partenaire, à quoi ressemble sa zone de confort dans un monde changé et comment rester en bonne santé – physiquement, sexuellement et émotionnellement».

    Plus des deux tiers (67%) des utilisateurs de Grindr ont déclaré que la personnalité était plus importante pour eux qu’elle ne l’était avant la pandémie, et 58% se disent plus intéressés par une relation à long terme.

    L’application a constaté que, bien que l’utilisation du chat audio et vidéo ait augmenté alors que les utilisateurs sont bloqués à la maison, le chat textuel est toujours le plus populaire, et 60% ont déclaré avoir utilisé le temps pour parler à des personnes avec lesquelles ils ne discuteraient habituellement pas.

    46% ont également déclaré que Covid était un excellent déclencheur de conversation.

    La pandémie a également créé un peu plus d’amabilité: 86% des utilisateurs déclarant se concentrer davantage sur la prise en charge de leur propre santé mentale et 83% s’efforçant d’être «plus solidaires et plus compréhensifs des autres» sur l’application.

    Mais de nombreux gars sont toujours prêts à prendre des risques pour le sexe – près d’un tiers (31%) ont admis avoir encore des relations avec ou sans masques.

    À l’inverse, plus de 63% disent qu’ils rattraperont le temps perdu plus tard et se connecteront sans doute plus que d’habitude, une fois la pandémie terminée.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité