Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Penser déjà l’«après-pandémie»

    Zone rouge, orange, foncée, claire, ce n’est pas encore demain que nous pourrons nous amuser à circuler comme nous le voulons d’un bout à l’autre du Québec voire traverser une frontière. On espère pour l’été un affaiblissement de la pandémie et d’avoir enfin l’occasion d’aller voir la famille ou les amis éloignés. Si la Covid-19 a provoqué un ralentissement de la production automobile, les constructeurs ne ménagent pas leurs efforts pour mettre sur le marché les nouveaux modèles et pensent déjà à l’après-pandémie.

    Volkswagen ID et un flop marketing
    Le constructeur allemand voulant vanter l’arrivée sur le marché de sa nouvelle gamme de véhicules électriques dénommée ID a eu l’idée de faire un poisson d’avril, deux jours avant le jour J. Étonnant. Il a fait circuler via les médias que la marque changeait de nom et s’appellera dorénavant «Voltswagen» pour souligner son engagement envers les véhicules électriques. Peu ont perçu l’humour et beaucoup ont pris l’information comme tout à fait sérieuse et même d’une certaine logique par le remplacement de Volks par Volts.


    Le constructeur a regretté la confusion créée par son poisson d’avril, en fait poisson de mars. Rappelons que le constructeur germanique vise un volume de 70% de véhicules électriques d’ici 2030. En Europe, roule déjà la ID.3 mais pour l’instant, elle n’atteindra pas le continent nord-
    américain. En revanche, on peut commander ici la ID.4. Et bien sûr pour rester dans la tendance actuelle, c’est sous la forme d’un VUS compact que se présente ce modèle, comme une grosse Golf dont on aurait encore plus arrondi les angles. Le style ne révolutionne pas le genre et risque de se confondre avec tous les autres VUS compacts. Il est vrai que chacun copie les recettes gagnantes du concurrent.


    Ce qui retient tout acheteur ou toute acheteuse d’autos électriques après le prix, est l’autonomie de la batterie. Bien que les bornes de recharge se multiplient, il n’en reste pas moins qu’elles sont moins fréquentes que les stations-services, et de plus il faut compter sur un temps de recharge qui au mieux prend dix fois le temps de faire le plein d’un réservoir à essence. Le ID.4 a une autonomie estimée à 400 km pour la version à deux roues motrices, et le temps de recharge est de sept heures et demie sur une prise de 220 volts. Sur une borne de recharge rapide (125 kW), on peut retrouver 80% de la capacité en 38 minutes.


    Un ID.4 avec quatre roues motrices arrivera sous peu. On sait seulement qu’il sera proposé avec deux moteurs électriques pour une puissance 300 chevaux mais aucune autre donnée n’a encore été communiquée concernant son autonomie. Si l’extérieur de ce nouveau modèle ne retiendra pas trop l’attention, l’intérieur en revanche joue la carte du minimalisme et du futurisme. Fini les boutons, les manettes, on préfère les commandes vocales et celles au toucher. Il suffira de dire «Bonjour ID, j’ai froid» pour que la température augmente. Derrière le volant, un affichage numérique sur un écran de 5,3 pouces qui est contrôlable par des touches tactiles au volant. Et pour l’info-divertissement, on a le choix d’un écran 10 pouces qui vient de série ou d’un de 12 pouces en option. Une nouveauté qui étonnera, le système Lumière ID consistant en une mince bande lumineuse située à la base du pare-brise qui s’allume selon certaines situations. En plus d’accentuer certaines alertes émises par les systèmes d’aide à la conduite, cette bande lumineuse avertit si le véhicule est verrouillé ou non, ou encore si la transmission est encore engagée à l’arrêt total.


    Parlons du prix maintenant. Le ID.4 est vendu à 44 995$. Les subventions provinciale et fédérale permettent une réduction totale de 13 000$. Un prix tout à fait comparable à un modèle semblable à combustion traditionnelle. Pour le ID.4 Pro, celui à quatre roues motrices, le prix a été fixé à 49 995$. Enfin pour celles et ceux qui souhaiteraient en avoir un peu plus en termes d’équipement, ils et elles peuvent se tourner vers l’ensemble Statement qui inclut entre autres, un toit panoramique, des roues de 20 pouces, des sièges électriques à 12 directions avec massage lombaire, un hayon à commande électrique.


    Mais on attend aussi avec impatience le retour du mini-bus Volkswagen qui a marqué des générations entières de jeunes aventuriers friands de ce mini-van. Il reviendra dans nos contrées au cours de… 2023 et s’appellera ID.BUZZ. Nul doute que les concepteurs mettront en avant une très grande modularité intérieure pour que le BUZZ soit tout usage.


    Ford Bronco Sport
    Retour vers le futur chez Ford avec l’arrivée sur nos routes du Bronco Sport qui garde ses capacités hors routes mais tout en étant plus civilisé. Il fallait absolument inscrire ce modèle dans la tradition de son ancêtre pour ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus. Son style est bien éloigné du Bronco qui roulait encore il y a un quart de siècle, même si l’on devine par sa hauteur sur roues qu’il a des gènes de baroudeur. Les trois premiers modèles de la série viennent avec un trois cylindres qui développe 181 chevaux. Pour plus de puissance, il faut se tourner vers le Bronco Sport Badlands qui propose un quatre cylindres turbo pour une puissance de 245 chevaux. Les deux moteurs font corps avec une boîte automatique à 8 rapports.


    Si vraiment votre esprit aventurier ne vous laisse aucun répit en ces temps de confinement, sachez que le Bronco Badlands s’avère le plus sûr pour explorer des contrées moins carrossables. En effet, ce modèle a une suspension modifiée qui permet d’augmenter sa garde au sol, de sept modes de conduite différents selon le revêtement, comme la boue, la neige, la roche… et de plus il dispose d’un différentiel qui désolidarise les quatre roues motrices pour ne travailler avec les roues avant ou les roues arrière. Et puis petite technologie intéressante, une caméra permet de voir ce qui se passe sous le Badlands, caméra munie d’une lentille nettoyable par un gicleur. Si le prix de base du Ford Bronco Sport est de 32 199$, celui du Badlands commence à 40 199$


    INFOS | fr.ford.ca | www.vw.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité