Mardi, 25 janvier 2022
• • •
    Publicité

    Lutte contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie

    Il y a du progrès en temps d’incertitude, mais le travail encore à accomplir est immense

    Malgré des progrès considérables en matière de protection juridique des personne lesbiennes, gais et bisexuelles, 69 États membres des Nations Unies continuent de criminaliser les activités consensuelles entre personnes du même sexe, déclarait à la fin décembre dernier l’Association Internationale des personnes Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, Trans et Intersexes, mieux connu sous le nom d’ILGA World.


    Publiée alors que l’année 2020 touchait à sa fin, la dernière mise à jour de la section Global Legislation Overview d’ILGA World du rapport sur l’Homophobie d’État fournit des données sur les lois qui affectent les personnes en fonction de leur orientation sexuelle. Avec la carte des lois sur l’orientation sexuelle dans le monde, elle brosse un tableau saisissant des progrès et des revers survenus dans le monde cette année. «En décembre 2020, 69 États continuent de criminaliser les activités consensuelles entre personnes du même sexe», a noté Lucas Ramón Mendos, coordinateur de la recherche à ILGA World et principal auteur du rapport. «Ce chiffre a baissé d’un point cette année, car le Gabon a fait marche arrière par rapport à la disposition criminalisante qu’il avait adoptée en 2019 – qui est devenue la loi de ce type à la vie la plus courte de l’histoire moderne. De plus, le parlement du Bhoutan a approuvé un projet de loi visant à dépénaliser les relations consensuelles entre personnes du même sexe, qui pourrait bientôt être promulgué.»  ILGA World a pu vérifier qu’au moins 34 États membres des Nations Unies ont activement appliqué ces lois crimi-nalisantes au cours des cinq dernières années, mais le nombre est peut-être beaucoup plus élevé. «Partout où de telles dispositions existent», explique Mendos, «les personnes peuvent être dénoncées et arrêtées à tout moment, même si elles sont simplement soupçonnées d’avoir des relations sexuelles avec une personne du même sexe. Les tribunaux les poursuivent activement et les condamnent à la prison, à la flagellation publique, voire à la mort».


    En 2020, le monde entier a dû lutter contre les conséquences de la pandémie de Covid-19. “Beaucoup ont dû lutter pour survivre dans un monde qui est devenu encore plus inégalitaire et violent”, a souligné Julia Ehrt, directrice des programmes d’ILGA World. «Pour nos communautés, les espaces sûrs se sont considérablement réduits du jour au lendemain. Certains gouvernements ont profité de ces circonstances et ont intensifié leurs efforts pour nous opprimer, nous persécuter, faire de nous des boucs émissaires et nous discriminer
    violemment. Dans de nombreux endroits où les lois étaient déjà une cause d’inégalité, les choses n’ont fait qu’empirer.»


    La prolifération de ce que l’on appelle les «zones sans LGBT» en Pologne, l’Indonésie qui a cherché à donner une nouvelle impulsion aux “thérapies de conversion” et l’annulation de deux interdictions de telles pratiques en Floride, aux États-Unis, et les lois qui pourraient restreindre sévèrement les activités des ONG qui travaillent avec nos communautés ne sont que quelques-unes des dispositions juridiques qui sont avancées dans le monde entier. 
    «Au milieu de situations aussi préoccupantes, les protections juridiques explicites contre la violence et la discrimination sont devenues – plus que jamais – essentielles pour sauvegarder nos droits et notre dignité humaine, pour prévenir les préjudices et pour réparer les torts dont nous sommes victime.x.s », a déclaré Ehrt.

    Contre toute attente, des développements positifs ont eu lieu même au cours des douze derniers mois : la mise à jour du rapport sur l’Homophobie d’État documente comme la législation qui protège les personnes lesbiennes, gays et bisexuelles contre la discrimination et la violence a continué à se développer. En juillet 2020, le Soudan a abrogé la peine de mort pour les actes sexuels consensuels entre personnes du même sexe. L’Allemagne est désormais l’un des 4 États membres des Nations Unies qui ont interdit les «thérapies de conversion» au niveau national, et d’autres juridictions en Australie, au Canada, au Mexique et aux États-Unis ont suivi cet exemple.
    Le mariage égalitaire est désormais une réalité dans 28 États membres des Nations Unies : le Costa Rica a été le dernier à rejoindre la liste, devenant ainsi le premier pays d’Amérique centrale à le faire.  34 États membres des Nations Unies prévoient des formes de reconnaissance du partenariat pour les couples du même sexe, puisque Monaco et le Monténégro ont voté pour leur reconnaissance légale au cours des 12 derniers mois.

    En décembre 2020, 81 États membres des Nations Unies disposent de lois protégeant contre la discrimination au travail fondée sur l’orientation sexuelle : il y a vingt ans, ils n’étaient que quinze. Comme nouveauté, le rapport sur l’Homophobie d’État suit maintenant aussi l’évolution dans territoires non indépendants dans le monde. «Des milliers de personnes de nos communautés vivent dans ces territoires, mais leur activisme n’est pas toujours visible au niveau international», a expliqué Mendos. «Il est vital que nous fassions également la lumière sur leurs progrès ou leurs reculs juridiques : en tant que famille mondiale, nous sommes engagés envers nos membres, quel que soit le statut officiel de leur territoire.»

    Malgré le fait que les forces anti-droits semblent gagner du terrain dans le monde entier, cette nouvelle mise à jour de l’Homophobie d’État montre comment notre communauté mondiale a collectivement réalisé des progrès dans chaque catégorie juridique suivie dans le rapport. «Cette publication est une source essentielle d’information pour les personnes défenseuses des droits humaines, les États, les chercheurs et les chercheuses, les médias et le grand public sur la manière dont les lois affectent les personnes en raison de leur orientation sexuelle», a conclu Ehrt. «Mais chaque section de ce rapport contient également l’espoir d’un avenir meilleur – un avenir dans lequel nos communautés n’auront plus à se battre pour récupérer des droits qui n’auraient jamais dû nous être enlevés.»


    INFOS | ilga.org

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité