Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Avec au moins 168 athlètes queer, les Jeux de Tokyo sont les plus queer de tous les temps

    Au moins 168 athlètes LGBTQ seront aux prochains Jeux olympiques d’été de Tokyo. Il y aura plus d’athlètes LGBTQ à Tokyo que tous les précédents Jeux olympiques d’été réunis. Voici la liste pour l’instant…

    Le nombre d’athlètes LGBTQ sortis publiquement à Tokyo est supérieur au nombre d’athlètes qui ont participé à tous les précédents Jeux olympiques d’été combinés alors qu’ils étaient sortis publiquement.

    L’augmentation massive du nombre de nos athlètes reflète l’acceptation croissante des personnes LGBTQ dans le sport et la société. L’essor des médias sociaux, en particulier Instagram, a donné aux athlètes un forum où ils peuvent vivre leur vie ouvertement et s’identifier directement avec leurs abonnés.

    En revanche, Outsports a dénombré 23 olympiens en 2012 et 56 en 2016 lors de ces Jeux d’été. Le média a compté les athlètes sur sa liste s’ils ont discuté publiquement de leur identité LGBTQ+ dans les médias ou s’ils sont « clairement sortis » de leurs comptes de médias sociaux publics. La liste comprend la boxeuse américaine Rashida Ellis, l’haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, le basketteur portoricain Dayshalee Salamán, le joueur de football canadien anonyme Quinn et le nageur canadien Markus Thormeyer. Hubbard et Quinn sont également deux des premiers compétiteurs ouvertement transgenres des Jeux.

    Thormeyer, qui a déjà participé aux Jeux olympiques de 2016 avant d’avoir fait sa sortie du placard, a déclaré à Outsports que pouvoir parler ouvertement de sa sexualité pour les Jeux olympiques de cette année «est assez incroyable». 

    «Être capable de rivaliser avec les meilleurs au monde en tant que moi le plus authentique dans les plus grands jeux multisports internationaux montre à quel point nous avons progressé dans l’inclusion dans le sport», a déclaré Thormeyer en juillet. «J’espère qu’en participant à ces Jeux, je pourrai montrer à la communauté LGBTQ que nous appartenons et que nous pouvons réaliser tout ce à quoi nous pensons.»

    Au total, 25 pays seront représentés par au moins un athlète ouvertement LGBTQ+ dans 26 sports différents. Les États-Unis sont les plus représentés, avec 30 athlètes en compétition, suivis du Royaume-Uni avec 13. Les Pays-Bas et le Canada envoient chacun 11 athlètes LGBTQ+ aux Jeux d’été, la Nouvelle-Zélande et l’Australie en envoyant 8 chacun.

    Même si ce sera une année record pour nos athlètes aux Jeux olympiques, la liste comporte des absences notables en raison des politiques d’exclusion des Jeux.

    Sha’Carri Richardson, qui a fait allusion à une petite amie dans plusieurs publications sur les réseaux sociaux, n’a pas pu participer aux Jeux de cette année après avoir été testée positive au THC, la substance psychoactive contenue dans la marijuana. Bien que sa suspension de 30 jours lui aurait permis de participer au relais 4 x 100, l’équipe d’athlétisme américaine a choisi de l’exclure de l’équipe pour «maintenir l’équité pour tous les athlètes».

    Ceci malgré le fait que la jeune femme de 21 ans a déclaré qu’elle avait utilisé de la marijuana pour faire face à la nouvelle soudaine de la mort de sa mère. De nombreuses preuves ont, entre-temps, contrecarré l’idée que le médicament « améliore les performances de quelque manière que ce soit ».

    De plus, la coureuse transgenre CeCe Telfer a été jugée inéligible pour participer même aux essais de qualification pour les Jeux olympiques de juin après avoir « échoué » à un test hormonal imposé par son conseil d’administration, World Athletics. Le test permet aux femmes trans de rivaliser avec la stipulation que leurs niveaux de testostérone ont été inférieurs à 5 nanomoles par litre pendant au moins 12 mois.

    Ces tests, cependant, ne nuisent pas seulement aux athlètes trans. Il a également été démontré qu’ils nuisent aux athlètes féminines cisgenres avec des niveaux naturellement élevés de testostérone, plus récemment les coureuses namibiennes de 18 ans Beatrice Masilingi et Christine Mboma, qui ont été interdites de participer à la course de 400 mètres début juillet pour également « échouer » au test hormonal.

    La coureuse sud-africaine lesbienne Caster Semenya, qui a naturellement élevé des niveaux de testostérone et a été forcée de prendre des médicaments hormonaux juste pour concourir, combat les règles discriminatoires devant les tribunaux depuis 2018. En refusant de modifier ses niveaux d’hormones pour les matchs de cette année, elle n’a pas pu se qualifier pour d’autres événements.

    Bien qu’il soit excitant que les Jeux olympiques de cette année présentent le plus grand nombre de concurrents LGBTQ+, il aurait pu y en avoir encore plus dans un monde dans lequel les athlètes noirs ne concourraient plus à l’ombre du racisme institutionnalisé.

    Liste des athlètes ouvertement LGBTQ+ lors des prochains Jeux Olympiques de Tokyo

    Athlétisme

    Michelle-Lee Ahye (Trinidad, sprints)#
    Ramsey Angela (Pays-Bas relais)#
    Geisa Arcanjo (Brésil, shot put)#
    Tom Bosworth (Grande-Bretagne, race walk)
    Erica Bougard (États-Unis, heptathlon)
    Dutee Chand (Inde, sprints)
    Aoife Cooke (Irlande, marathon)
    Izabela da Silva (Brésil, disque)#
    Gabriela DeBues-Stafford (Canada, 1500-meter)#
    Yulimar Rojas (Venezuela, triple jump)
    Raven Saunders (États-Unis, shot put)
    Senni Salminen (Finlande, triple jump)#

    Aviron

    Saskia Budgett (Bretagne, réserve)
    Kendall Chase (États-Unis)
    Gia Doonan (États-Unis)
    Maarten Hurkmans (Pays-Bas)
    Meghan O’Leary (États-Unis)
    Jessica Thoennes (États-Unis
    Ellen Tomek (États-Unis
    Emma Twigg (Nouvelle-Zélande)
    Julian Venonsky (États-Unis)

    Basketball

    Shaina Pellington (Canada)

    Julie Allemand (Belgique)
    Sue Bird (États-Unis)
    Paula Ginzo (Espagne)
    Chelsea Gray (États-Unis)
    Brittney Griner (États-Unis)
    Sabrina Lozada-Cabbage (Puerto Rico)
    Kim Mestdagh (Belgique)
    Leilani Mitchell (Australie)
    Dayshalee Salamán (Puerto Rico)
    Breanna Stewart (États-Unis)
    Diana Taurasi (États-Unis)
    Ann Wauters (Belgique)

    3X3 Basketball

    Stefanie Dolson (USA)

    BMX Freestyle

    Perris Benegas (États-Unis)
    Hannah Roberts (États-Unis)
    Chelsea Wolfe (Etats-Unis, réserve)

    Boxe

    Rashida Ellis (États-Unis)
    Kellie Harrington (Irlande)
    Michaela Walsh (Irlande)

    Canoe Slalom

    Florence Maheu (Canada)

    Evy Leibfarth (États-Unis)

    Cyclisme

    Georgia Simmerling (Canada)

    Équitation

    Cathrine Dufour (Danemark)
    Edward Gal (Pays-Bas)
    Carl Hester (Bretagne)
    Domien Michiels (États-Unis)
    Hans Peter Minderhoud (Pays-Bas)
    Nick Wagman (États-Unis, réserve) 

    Escrime

    Astrid Guyart (France)

    Golf

    Alena Sharp (Canada)

    Mel Reid (Bretagne)

    Gymnastique rythmique

    Rut Castillo (Mexique)

    Haltérophilie

    Laurel Hubbard (Nouvelle-Zélande)

    Handball

    Babi Arenhart (Brésil)
    Nathalie Hagman (Suède)
    Alexandra Lacrabère (France)
    Amandine Leynaud (France)

    Hockey sur gazon

    Sarah Jones (Grande Bretagne)
    Grace O’Hanlon (Nouvelle Zélande)
    Susannah Townsend (Britain)
    Anne Veenendaal (Pays-Bas)
    Leah Wilkinson (Grande-Bretagne)

    Judo

    Alice Bellandi (Italie)
    Amandine Buchard (France)
    Nina Cutro-Kelly (États-Unis)
    Jasmin Grabowski (Allemagne)
    Natalie Powell (Grande-Bretagne)
    Tessie Savelkouls (Pays-Bas)
    Sanne van Dijke (Pays-Bas)

    Lutte

    Kayla Miracle (États-Unis)

    Marathon

    Aoife Cooke (Irlande)

    Natation

    Markus Thormeyer (Canada)

    Rachele Bruni (Italie)
    Ana Marcela Cunha (Brésil)
    Amini Fonua (Tongo) 
    Mélanie Henique (France)
    Ari-Pekka Liukkonen (Finlande)
    Erica Sullivan (États-Unis)

    Plongeon

    Tom Daley (Bretagne)
    Anton Down-Jenkins (Nouvelle-Zélande)

    Rugby

    Elissa Alarie (Canada)
    Britt Benn (Canada)

    Ghislaine Landry (Canada)
    Kaili Lukan (Canada)

    Kelly Brazier (Nouvelle-Zélande)
    Gayle Broughton (Nouvelle Zélande)
    Isadora Cerullo (Brésil) 
    Megan Jones (Bretagne)
    Alev Kelter (États-Unis)
    Celia Quansah (Bretagne)
    Kristen Thomas (États-Unis)

    Ruby Tui (Nouvelle-Zélande)
    Sharni Williams (Australie)
    Portia Woodman (Nouvelle Zélande)

    Skateboard

    Margielyn Didal (Philippines)
    Annie Guglia (Canada)
    Poppy Starr Olsen (Australiw)
    Alexis Sablone (États-Unis)
    Alana Smith (États-Unis)

    Soccer

    Yenny Acuña Berrios (Chili)
    Andressa Alves (Brazil, réserve)
    Bárbara Barbosa (Brésil)
    Kadeisha Buchanan (Canada)
    Marta da Silva (Brésil)
    Rachel Daly (Grande-Bretagne)
    Tierna Davidson (États-Unis)
    Anouk Dekker (Pays-Bas, reserve)
    Christiane Endler (Chili)
    Abby Erceg (Nouvelle-Zélande)
    Magda Eriksson (Suède)
    Sisca Folkertsma (Pays-Bas)
    Formiga (Brésil)
    Adrianna Franch (États-Unis)
    Emily Gielnik (Australie)
    Lina Hurtig (Suède)
    Letícia Izidoro (Brésil)
    Sam Kerr (Australie)
    Fran Kirby (Grande-Bretagne)
    Stephanie Labbé (Canada)
    Hedvig Lindahl (Suède)
    Chloe Logarzo (Australia)
    Erin McLeod (Canada, reserve)
    Teagan Micah (Australie)
    Vivianne Miedema (Pays-Bas)
    Kelly O’Hara (États-Unis)
    Fernanda Pinilla (Chili)
    Quinn (Canada)
    Megan Rapinoe (États-Unis)
    Aline Reis (Brésil)
    Jill Scott (Grande-Bretagne)
    Caroline Seger (Suède)
    Kailen Sheridan (Canada)
    Sherida Spitse (Pays-Bas)
    Demi Stokes (Grande-Bretagne)
    Carly Telford (Grande-Bretagne)
    Daniëlle van de Donk (Pays-Bas)
    Shanice van de Sanden (Pays-Bas)
    Stefanie Van Der Gragt (Pays-Bas)
    Merel van Dongen (Pays-Bas)
    Hannah Wilkinson (Nouvelle-Zélande)
    Tameka Yallop (Australie)

    Softball

    Ally Carda (États-Unis)
    Amanda Chidester (États-Unis))
    Taylor Edwards (États-Unis, reserve)
    Larissa Franklin (Canada)
    Joey Lye (Canada)
    Haylie McCleney (États-Unis)
    Kaia Parnaby (Australie)
    Anissa Urtez (Mexique)

    Surfing

    Silvana Lima (Brrésil)
    Sofia Mulanovich (Pérou)

    Taekwondo

    Jack Woolley (Irlande)

    Tennis

    Demi Schuurs (Pays-Bas)
    Sam Stosur (Australie)
    Alison van Uytvanck (Belgique)

    Tir

    Jolyn Beer (Allemagne)
    Andri Eleftheriou (Chypre) 
    Aleksandra Jarmolińska (Pologne)

    Trampoline

    Dominic Clarke (Australie)

    Voile

    Jolanta Ogar (Pologne)
    Cecilia Carranza Saroli (Argentine)

    Volleyball

    Ana Carolina (Brésil)#
    Paola Egonu (Italie)#
    Carol Gattaz (Brésil)#
    Douglas Souza (Brésil)

    Water-Polo

    Rowie Webster (Australie)

    Cela n’inclut pas, bien sûr, les entraineurs et formateurs LGBTQ à Tokyo ni les athlètes paralympiens LGBTQ.

    SOURCE : OUTSPORTS

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité