Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Armand Monroe : un héros de notre histoire

    Ça commence par une mort et une naissance; par une disparition suivie d’une apparition. Celui qui n’est plus s’appelait Armand Larrivée; celui qui advient et prend sa place se nomme Armand Monroe. Une métamorphose spectaculaire a eu lieu! La chrysalide est devenue papillon… un papillon de nuit à vrai dire. Car c’est là qu’il s’épanouit, se déploie, excentrique et coloré, sous les spotlights de scènes de cabarets enfumés. Sans jamais avoir peur de se bruler les ailes : «J’ai pris le microphone, confie-t-il, pis j’venais de me trouver. C’était ma baguette magique.1»

    L’histoire a débuté dans le quartier Saint-Henri le 27 aout 1935. Il nait le dernier d’une fratrie de treize enfants. Durant toute son adolescence, chaque jour il observe au loin les tours et les lumières du centre-ville, fasciné et attiré par elles sans trop savoir pourquoi.

    À 18 ans, sa décision est prise, irrévocable. Sa valise est prête : il part. Déjà, il pressent qu’il est différent, que la vie – SA vie – est ailleurs. Même s’il sait ce qu’est la honte d’être gai en ce temps-là, toujours il s’affichera tel qu’il est, clamant qu’il n’a jamais eu besoin de sortir du placard puisqu’il n’y a jamais été.

    Un jour, sa mère lui lancera brutalement : «Va-t-en avec tes maudites tapettes2.» Il ne le sait pas encore, mais c’est auprès d’eux, précisément, qu’il trouvera une nouvelle famille. Jusqu’à devenir une figure emblématique de la scène homosexuelle; jusqu’à prétendre que le premier exemple pour les gais, ç’a été lui!

    Auprès d’eux, il sera désormais «La Monroe»! Le personnage est né un soir qu’il prend un verre avec des amis au Café Monarch, après être allé voir le film Comment épouser un millionnaire avec Marilyn Monroe. Comme il ne tarit pas d’éloges et ne cesse de parler de son admiration pour l’actrice, un ami lui répond : «La Monroe, ferme donc ta gueule» !
    Le nom reste et il le fait enregistrer comme nom d’affaires.

    En 1957, afin d’attirer une clientèle gaie, on lui propose de devenir animateur au Tropical Room, situé sur la rue Peel. Le lieu devient le premier établissement exclusivement homosexuel au Québec. Dynamique, intarissable, il y projette des films, organise des bingos, des shows de drag queens et des concours d’amateurs et de Monsieur Muscle. «La Monroe, écrit Michel Tremblay, entra sur la scène comme chez elle, sans se faire annoncer, très femme d’affaires, une main sur la hanche et l’autre triturant sa lèvre inférieure.3»

    Fort de son succès, il demande au patron, Solly Silver, que tous les serveurs du bar soient homosexuels. Quelques mois plus tard, fêtant ses 23 ans, il veut comme cadeau d’anniversaire que les hommes puissent danser ensemble, ce qui était défendu jusqu’alors. Le patron finit par accepter, mais «no slow», précise-t-il!

    Armand Monroe travaillera dans plusieurs établissements dont l’Hawaiian Lounge, le Quartier latin et le Café Beaver, au coin des rues Sainte-Catherine et Bleury, où se produisent Jacques Desrosiers, Rose Ouellet – dite La Poune –, Alys Robi et Lana St-Cyr. Au cabaret le PJ’s, il s’amuse dans ses spectacles à jouer le rôle de la «grande folle émancipée», et interprète quelques personnages féminins. Parmi eux se trouve Lena Horne, la populaire chanteuse noire américaine, dont il reprend From This Moment On comme chanson d’ouverture :

    From this moment on
    Oh, you’ve got the love I need so much
    Got the skin I love so much
    Got the arms to hold me tight
    Got the sweet lips to kiss me good night

    «Je suis un boute-en-train, dit-il. Je me lève presque en chantant, le matin. Ça ne date pas d’aujourd’hui, j’ai toujours été comme ça et j’ai toujours travaillé pour les gais, toute ma vie.4» Tiré à quatre épingles, coiffé et maquillé par le Salon Capucine, habillé de vêtements griffés de grands couturiers comme Normand Martel, il porte des tenues spéciales tels des kimonos et des djellabas multicolores. Il côtoie le créateur de mode Léo Chevalier alors que l’animatrice de télévision et mannequin Élaine Bédard fait son entrée dans l’univers de la mode. Symbolisant la grâce et la féminité, elle est surnommée par la presse américaine la «French Canadian sweet heart». Fasciné par le glamour, il se maquille les yeux comme elle. Il offre des spectacles en français et en anglais, en «bitchant» tout le monde, ce qui ravit et fait rire le public. Aussitôt c’est un triomphe – un standing ovation. Il chante Mimi La Rose popularisée par Lucienne Delyle :

    Je suis née à Grenelle
    Mon p’tit nom c’est Gisèle
    Mais tout le monde m’appelle
    «Mimi la rose»
    C’n’est pas original
    Comme Gladys ou Chantal
    Mais c’est bien plus normal
    Car j’vends des roses
    Comme j’ai poussé d’ailleurs
    Dans une de ces p’tites fleurs
    C’est donc un peu d’mon cœur
    Que j’vous propose…

    Cet homme de cœur sera en page couverture du septième numéro de la revue Attitude (qui a précédée Fugues) pour laquelle le couturier Peter Skibinsky fera des croquis de lui vêtu de costumes sophistiqués. Avec Pascale Poirier, il animera l’émission de télévision Côte à côte. On y interviewe des invités comme «Jean Laflamme du Réflexion, Bobette de la taverne Bellevue, John Banks du Mystique, Fernando de Chez Jean-Pierre, tous des gens qui en ont long à dire sur le milieu5».

    En plus d’une chronique sur les voyages, on monte des dossiers thématiques sur divers sujets, comme sur les personnes trans. L’émission sera aussi diffusée à Radio Centre-Ville avec John Banks.

    En 1974, toujours prêt à aider la relève, toujours à l’affut des nouvelles tendances, il accueille au PJ’s les New York Dolls, ouvrant «la porte de l’underground montréalais au glam rock, puis au punk du groupe Les 2226». Quelques années plus tard, il invite de nouveau le groupe «pour faire la promotion de leur simple I Love Suzan/The First Studio Bomb. Les 222 avaient déjà joué dans plusieurs salles plus ou moins organisées, mais, dans un bar, c’était la première fois. C’est [Armand Monroe] le premier qui a « daré » nous engager et nous payer. C’était notre premier cachet. […] Quiconque se sentait en marge pouvait aller se mêler à cet univers qui célébrait la diversité d’une manière excentrique, assumée à outrance et décadente par ses excès.7»

    Au fil des années, Armand Monroe animera, en 1980, la Fête nationale du Québec au Carré Dominion avec déjeuner sur l’herbe, création collective, spectacle de mime et bal masqué et, en 1983, le spectacle de travestis au Vieux St-Vincent à Laval. Il participera au documentaire Lip Gloss de Lois Siegel, où il est question de travestis, de drag queens et de trans, et il présentera le film au Festival des films du monde en 1993. On le retrouvera également dans le spectacle historique Vice & Vertu réalisé par Les 7 Doigts de la main. Regroupant une trentaine d’artistes issus du cirque, de la musique, du théâtre, de l’humour, de la vidéo et du music-hall, on revient sur les années 1930 à 1960 et sur les heures glorieuses du Red Light et de la Main.

    On y découvre des personnalités comme l’avocat et policier Pax Plante, Jean Drapeau, l’effeuilleuse Lili St-Cyr, le dramaturge Gratien Gélinas et la tenancière de cabaret Texas Guinan. Avec ses confidences, Armand «incarne le déchirement vécu par des générations d’homosexuels pourchassés8». Son rôle est interprété par Vincent Roy qui fait part de son enthousiasme : «Quand on m’a parlé de toi, Armand, et qu’on m’a donné un aperçu de ton histoire, je me suis dit que ça représentait tellement la liberté que j’ai envie de défendre, en tant qu’artiste et qu’homosexuel out. Je voulais rendre hommage à cette personne-là.9» Armand Monroe a également fait partie de l’exposition Scandale! Vice, crime et moralité à Montréal, 1940-1960, présentée au Centre d’histoire de Montréal du 15 novembre 2013 au 2 avril 2017 et qui revenait notamment sur le monde interlope et sur la Montréal de l’époque, qualifiée de «little Paris of America10». Aujourd’hui, le vœu le plus cher d’Armand Monroe est de ne pas être oublié par la communauté gaie afin que l’on se rappelle que la situation n’a pas toujours été aussi facile que de nos jours. «Je remercie, dit-il, tous les homosexuels de 1957 à 1969 qui, au risque de perdre leur liberté, sont venus m’encourager. Ce sont eux les pionniers.11»

    Par Serge Fisette

    Notes

    1. Maryse Bédard, «Armand Larrivée Monroe révolutionne les spectacles gais», Centre des mémoires montréalaises, Mémoires des Montréalais, 9 septembre 2019 : https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/armand-larrivee-monroe-revolutionne-les-spectacles-gais.
    2. «Chronique urbaine d’Hugo Lavoie : Armand Larrivée, un visage oublié de Montréal», Gravel le matin, Radio-Canada OHdio : https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/
      gravel-le-matin/segments/reportage/18985/la-monroe-armand-larrivee-scene-gaie-montrealaise.
    3. Michel Tremblay, La nuit des princes charmants, Montréal, Leméac Éditeur, 1995, p. 164.
    4. Vanessa Guimond, «Armand Monroe : un hommage unique», Le Journal de Montréal, 22 juillet 2017. https://www.journaldemontreal.com/2017/07/22/armand-monroe-un-hommage-unique.
    5. https://www.facebook.com/photo?fbid=1450867781892851&set=ecnf.100009089284513.
    6. https://www.vice.com/fr/article/3kvqz9/la-scene-travestie-qui-est-a-lorigine-du- punk-a-montreal.
    7. Ibid.
    8. Isabelle Paré, «Vice & Vertu – Plaisir sur la Main», Le Devoir, 13 juillet 2017.
    9. Vanessa Guimond, op. cit.
    10. Jean-François Leclerc, «Montréal, la scandaleuse?», Mémoires des Montréalais :
      https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/montreal-la-scandaleuseAujourd’hui.
    11. Entretien avec Hugo Lavoie, dans Visages oubliés de Montréal :
      https://ici.radio-canada.ca/ohdio/premiere/emissions/gravel-le-matin/segments/reportage/18985/la-monroe-armand-larrivee-scene-gaie-montrealaise.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité