Mercredi, 22 septembre 2021
• • •
    Publicité

    Les jeunes de la diversité sexuelle atteints de dépression prendraient plus de cannabis

    Les jeunes lesbiennes, gais et bisexuel seraient plus portés que les jeunes hétérosexuels d’augmenter leur consommation de cannabis suite à une hausse de leurs symptômes de dépression.

    Selon plusieurs études, les jeunes de la diversité sexuelle – c’est-à-dire, les jeunes lesbiennes, gais et bisexuels (LGB) – consomment plus de cannabis et ont plus de défis liés à la santé mentale que leurs paires hétérosexuelles.

    Mais qu’en est-il des changements de taux de consommation de cannabis : est-ce qu’ils précèdent ceux liés à la santé mentale ou est-ce bien l’inverse? Une étude récente de l’Université de Montréal offre quelques réponses.

    Dans la revue scientifique Journal of Abnormal PsychologyKira London-Nadeau, étudiante au doctorat et boursière Vanier des IRSC au Département de psychologie de l’UdeM et au Centre de Recherche du CHU Sainte-Justine, en fait le point.

    Kira London-Nadeau

    Dans son étude, menée sous la direction de la professeure Natalie Castellanos-Ryan et avec l’appui des professeurs Jean Séguin et Sophie Parent. Kira London-Nadeau a analysé des données recueillies auprès de 1 548 adolescents et adolescentes – dont 128 LGB – dans le cadre de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec soutenue par les IRSC et l’Institut de la Statistique du Québec.

    Un suivi sur cinq ans
    Les participants ont été suivis depuis l’âge de cinq mois et l’étude reposait sur leurs réponses à des questionnaires récoltés à 13, 15 et 17 ans. Bien qu’il y avait un lien entre les symptômes de dépression à 15 ans et l’augmentation de la consommation de cannabis à 17 ans dans l’échantillon général, l’association était cinq fois plus forte chez les jeunes LGB.

    Selon Kira London-Nadeau, cette relation pourrait signaler une pratique d’automédication par le cannabis pour faire face aux symptômes de dépression chez les jeunes LGB. L’utilisation de cannabis à ces fins pourrait également indiquer que d’autres sources de soutien pour les symptômes de dépression sont manquantes ou inadaptées aux réalités des jeunes LGB. 

    Fait inattendu, l’étude a également fait ressortir que les symptômes d’anxiété chez les LGB à 15 ans prédisaient une réduction de la consommation de cannabis à 17 ans. Ce résultat semble donc aller à l’encontre de celui entre la dépression et la consommation de cannabis dans le groupe LGB. 

    «Des réalités différentes» 
    «La différence entre la relation dépression-cannabis et la relation anxiété-cannabis pourrait indiquer des réalités différentes que les jeunes LGB vivraient, notamment à l’égard de leur affichage public de leur orientation sexuelle minoritaire», soutient Kira London-Nadeau.

    Ainsi, la chercheure estime que les facteurs sociaux reliés à l’expérience d’une orientation sexuelle minoritaire joueraient un rôle important à la fois dans la consommation de cannabis et dans les défis liés à la santé mentale, ainsi qu’à leur relation chez les adolescentes et les adolescents.

    À cet égard, Kira London-Nadeau souligne le besoin que les services offerts aux jeunes, particulièrement en matière de santé mentale, soient mieux outillés afin de comprendre les enjeux propres aux communautés de la diversité sexuelle. 

    Comprendre son identité
    «À l’adolescence, on est constamment en train d’essayer de comprendre son identité en tant que personne, ce qui en soit est assez difficile. Lorsqu’on ajoute la découverte d’une orientation sexuelle minoritaire à ce développement identitaire, les choses deviennent encore plus compliquées », indique la jeune chercheuse, s’identifiant elle-même comme femme lesbienne.

     «À présent il s’agit d’approfondir le pourquoi de ces associations et de s’assurer d’inclure d’autres communautés qui pourraient vivre des expériences similaires, dont les adolescent.es trans et non-binaires, ainsi que les jeunes adultes de la diversité sexuelle et de genre, poursuit-elle. Ces résultats seront cruciaux pour ces communautés, car ils nous permettront de mieux cibler les besoins afin de finalement parvenir à un niveau plus équitable de parité à l’égard de leur santé».  

    À propos de cette étude
    L’article «Longitudinal associations of cannabis, depression and anxiety in heterosexual and LGB adolescents», écrit par Kira London-Nadeau, Charlie Rioux et al, est paru le 28 juin 2021 dans Journal of Abnormal Psychology. Cette étude a été financée par le Fonds de recherche du Québec – Santé, les Instituts de recherche en santé du Canada, et le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances.

    Ainsi, la chercheure estime que les facteurs sociaux reliés à l’expérience d’une orientation sexuelle minoritaire joueraient un rôle important à la fois dans la consommation de cannabis et dans les défis liés à la santé mentale, ainsi qu’à leur relation chez les adolescentes et les adolescents.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité