Vendredi, 3 Décembre 2021
• • •
    Publicité

    Les pays nordiques tentent de faire pression contre le Mondial de foot au Qatar

    Hostiles à la tenue du Mondial de football dans un an au Qatar, les fédérations des pays nordiques mènent une offensive pour obtenir des engagements de Doha et de la Fifa en faveur du respect des droits humains. 

    Associées à l’ONG Amnesty International, les associations des cinq pays cousins (Suède, Norvège, Danemark, Finlande et Islande) tentent de faire pression depuis des mois, même si leur initiative reste pour l’heure isolée parmi les 211 fédérations membres de la Fifa. «A la fédération danoise (DBU), nous sommes contre la Coupe du monde au Qatar, nous pensons que c’était une mauvaise décision, pour plusieurs raisons: à cause de la situation des droits de l’homme, de l’environnement, de la construction de nouveaux stades», explique Jakob Jensen, le directeur de la DBU.

    En pointe, sa fédération publie systématiquement les courriers adressés à la Fifa par le club des cinq et organise des rendez-vous avec les responsables qataris, comme mi-octobre avec le chef de l’organisation, Hassan Al-Thawadi. Elle vient de parvenir à un accord avec ses sponsors pour que les maillots d’entraînement du Danemark – seul qualifié direct parmi les cinq, la Suède étant barragiste – puissent afficher des « messages critiques » lors de la compétition.

    La question des travailleurs migrants au Qatar domine les revendications. Doha affirme avoir fait plus en la matière que tout autre pays dans la région et rejette fermement les bilans avancés par des médias internationaux de milliers de morts sur les chantiers de construction dans le riche émirat gazier.

    Mais d’autres sujets sont au menu. Lors de la rencontre avec M. Al-Thawadi, «nous lui avons posé des questions comme: ‘Est-ce que les homosexuels seront autorisés à assister à la Coupe du Monde? Est-ce que les hommes et des femmes pourront voir les matches ensemble? Est-ce que la presse aura accès à toutes sortes de sujets pour faire des enquêtes dans le pays?’», raconte M. Jensen. «À toutes ces questions il a répondu ‘oui’. Donc nous allons le considérer comme responsable là-dessus», ajoute-t-il.

    En Norvège, la question avait culminé avec un référendum organisé par les instances du foot norvégien sur un éventuel boycottage. L’initiative avait été finalement rejetée lors du vote (368 voix contre, 121 pour) et se serait avérée sans objet, Erling Haaland et ses coéquipiers ayant échoué à se qualifier. Mais la fédération s’attache à mettre en oeuvre les recommandations d’un rapport d’experts qui avait préconisé 26 mesures pour faire pression sur Doha et la Fifa. 

    Contradictions 
    Y figurent le soutien à la mise en place d’un centre de ressources pour les travailleurs migrants au Qatar ou encore la création d’un système d’alerte afin de détecter de graves violations de droits et d’en faire état au monde extérieur.

    Le combat des pays nordiques n’est pas exempt de contradictions. À l’image de ce supporter danois qui a dû ranger une banderole anti-Mondial au Qatar le mois dernier dans le stade de Copenhague, afin de respecter l’interdiction de la Fifa des messages politiques. En Suède, la fédération a elle renoncé en septembre à la tournée d’hiver de son équipe nationale au Qatar, qui suscitait la polémique depuis son lancement en 2019. La décision a été prise sous pression des clubs, qui s’étonnaient de l’hypocrisie d’aller jouer pour un événement promotionnel dans l’émirat, quand le président de la fédération Håkan Sjöstrand assure mener la bataille avec ses collègues nordiques.

    «Nous espérons que ces efforts faits avec nos voisins nordiques auront un impact auprès des autres pays», dit Mats Enquist, secrétaire général de l’organisation des clubs professionnels suédois. Les fédérations trouvent aussi des relais parmi les joueurs, comme le capitaine finlandais Tim Sparv qui a lancé un appel conjoint avec Amnesty. De son côté, la Fifa s’exprime rarement sur le sujet. «Nous savons qu’il y a encore du travail, mais nous devons reconnaître les progrès significatifs faits en très peu de temps» par le Qatar, avait affirmé en mai son président Gianni Infantino.

    Rédaction avec AFP

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité