Samedi, 2 juillet 2022
• • •
    Publicité

    Deux jeunes LGBT condamnés en Tchétchénie à de lourdes peines de prison

    Ismail Isaew et Salekh Magamadow, enlevés et arrêtés par la police russe en mars 2021 après avoir fui la Tchétchénie avec l’aide du réseau LGBT russe, ont été lourdement condamnés à des peines de prison.

    Un tribunal de district d’Atschkhoi-Martan, dans la république russe de Tchétchénie, a condamné mardi les deux frères Ismail Isaew (18 ans) et Salekh Magamadow (20 ans) à plusieurs années de prison. Ils étaient accusés de soutenir un groupe armé illégal.

    Selon l’organisation d’aide juridique NC SOS, Magamadov a été condamné à huit ans de prison, un an de prison et sept ans dans un camp de travail strict. Isaev, mineur au moment de l’acte présumé, a été condamné à six ans dans une colonie de travail régulière. L’accusation avait requis huit ans et demi (dont deux de prison) et six ans et demi.

    Isaev et Magamadov avaient plaidé non coupables.

    La défense avait fait valoir que les allégations étaient farfelues et non prouvées, et que les deux jeunes hommes étaient en fait persécutés pour leur orientation sexuelle et leur identité de genre et pour avoir critiqué le régime du président tchétchène Ramzan Kadyrov.

    L’organisation russe de défense des droits humains Memorial les a qualifiés de prisonniers politiques et Amnesty International a appelé lundi à leur libération immédiate.

    Les avocats des jeunes ont tenté en vain de déplacer le procès dans une autre région de Russie.

    Les deux jeunes de Tchétchénie ont fui la région en 2020 avec l’aide du réseau LGBT russe. Début février 2021, ils ont été arrêtés dans leur appartement de Nizhny Novgorod, une ville située à environ 400 kilomètres à l’est de Moscou, et ont d’abord été ramenés dans la ville tchétchène de Gudermes et interrogés. Ils y ont été accusés de soutenir le terrorisme islamiste.

    L’un de ses avocats a déclaré au portail Kavkaz.Realii / Radio Free Europe qu’il était absurde qu’un homosexuel et une personne trans en transition aient soutenu un quelconque islamiste. 

    «Le verdict d’aujourd’hui est un crime contre le bon sens», a déclaré l’avocat Alexander Nemov au journal Novaya Gazeta mardi après le procès. «Salekh et Ismail sont innocents. Leur cas est totalement infondé». 

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité