Dimanche, 3 juillet 2022
• • •
    Publicité
    AccueilCultureLivresJe crois que mon fils est gay / Nomi & Shiba

    Je crois que mon fils est gay / Nomi & Shiba

    Deux nouveaux titres dans les séries de mangas à thématique LGBTQ sont offerts par les éditions Akata. Le premier est orienté sur une relation mère-fils et le second sur le développement d’une relation amoureuse entre deux étudiants. Le titre de Je crois que mon fils est gay en résume bien la trame narrative puisque tout se joue autour des non-dits entre une mère, Tomoko Aoyama, et son fils, Hiroki.

    Ce dernier semble cacher quelque chose, mais ne peut s’empêcher de truffer son discours de lapsus où il se révèle toujours au grand jour, ce qui le fait bien évidemment paniquer. Ces maladresses (utiliser « copain » plutôt que « copine », laisser trainer un album mettant en scène des culturistes, oublier d’effacer son historique de recherche Internet, etc.) ne sont pas pour échapper à sa mère ainsi qu’à son jeune frère. Peu de choses semblent pourtant faire obstacle à une sortie du placard d’Hiroki puisque, même lorsque son père mentionne en riant qu’il trouve un peu écœurant de voir deux hommes s’embrasser dans une série télé, sa mère le remet rapidement à sa place. Mais voilà, Hiroki est prisonnier d’un modèle masculin auquel il craint de déroger. Un manga du bédéiste Okura qui se révèle à la fois léger et fort sympathique et qui semble avant tout viser un public adolescent.
    De son côté, Nomi & Shiba plonge dans la vie quotidienne d’un internat pour jeunes étudiants de la fin du secondaire.

    Ces derniers partagent une chambre en binôme et Nomi se retrouve ainsi en compagnie de Shiba, qui a la particularité d’avoir des traits plutôt féminins. Lors d’un bal costumé où il s’est prêté au jeu de se travestir, il a même généré une commotion auprès de plusieurs de ses camarades, soudainement amusés de voir en lui une fille, certains allant même jusqu’à nier son genre véritable. Pour plusieurs, il est en effet impossible de concilier le désir qu’il éveille chez eux avec le fait qu’il soit un homme. Bref, rien de mieux que de plonger dans le déni plutôt que de faire face à la réalité de ses pulsions. Shina, de son côté, est agacé par cette situation puisque, bien qu’il soit gai, il ne se considère pas comme une femme, mais bien comme un homme à part entière.

    Nomi, quant à lui, n’avait jamais eu de véritable éveil sexuel ou amoureux jusqu’à sa cohabitation avec son nouveau compagnon de chambre. Le concept du désir lui étant jusqu’alors étranger, il doit apprendre à l’apprivoiser et surtout à trouver les mots pour le verbaliser. Il doit cependant se presser puisque de nombreux prétendants, souvent très maladroits, font une cour assidue à Shina : ne risque-t-il pas de lui préférer un autre étudiant ? L’autrice, Tohru Tagura, met bien en lumière les conflits et les pulsions qui agitent cette fraternité étudiante, de même les jeux de valses-hésitations et de maladresses qui se dressent autour des deux adolescents. Quiproquos, testostérone en délire et romantisme à tout crin ponctuent allègrement ce manga qui tient en haleine de la première à la dernière page.


    INFOS | Je crois que mon fils est gay, vol. 1 / Okura. Rancon, France : Éditons Akata, 2021. 130 p. Nomi & Shiba, vol. 1 / Tohru Tagura. Rancon, France : Éditons Akata, 2021. 192.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Livres

    Camili-Cat : Mounted

    Garçon effacé

    Publicité