Mardi, 28 juin 2022
• • •
    Publicité

    Michel Lemieux : le coureur des bois numérique

    On ne présente plus Michel Lemieux. Il affiche aujourd’hui un parcours de plus de 40 créations artistiques qui s’étendent de la scène à des projections de rue, des spectacles accessibles à tous. Depuis sept ans, le projet Cité Mémoire dans le Vieux-Montréal permet de découvrir l’histoire d’un pan de la ville de Montréal, avec des projections colorées sur des textes de Michel Marc Bouchard. Le 30 mai, c’est le patrimoine historique et architectural du secteur du vieux Pointe-aux-Trembles qui se dotera, en collaboration avec Montréal en Histoires, d’un nouveau tableau Cité Mémoire, conçu par Michel Lemieux sur des textes de Michel Marc Bouchard.
     
    La technologie, Michel Lemieux y est tombé tout petit en même temps que dans la création artistique. « Mon père était passionné de technologie et dès qu’il y avait des nouveautés, caméras, magnétoscopes et autres, il se les procurait », raconte Michel Lemieux. « Très tôt j’ai commencé à faire des petits spectacles pour ma famille, je devais avoir six, sept ans. Et je n’ai pas arrêté de créer des spectacles depuis. » À l’adolescence, il intègre le Collège de Longueuil, où il suit des cours de graphisme. Il y fera la connaissance de plusieurs futurs comédiens, dont René-Richard Cyr. « Je me souviens qu’en dernière année nous avions monté Les Bonnes de Jean Genet », continue Michel Lemieux. « Une pièce qui avait encore dans les années 70 une odeur de soufre, mais je faisais mes premières armes. Et après le collège, j’ai commencé à travailler dans le milieu du spectacle, participant à des créations. Tout m’intéressait, aussi bien le dessin des affiches, la mise en scène, la scénographie, les éclairages, le son et le jeu aussi. »
     
    Les rencontres et les collaborations se multiplient, comme celle avec Robert Lepage. Et Michel Lemieux sera l’un des fondateurs de la compagnie La La La Humans Steps d’Edouard Lock, avec qui il collaborera jusqu’en 1983. Mais c’est sa rencontre avec Victor Pilon qui marque un tournant dans sa carrière. Ensemble, ils fondent Lemieux Pilon 4D Art et développent leurs propres projets, des événements spéciaux de grande envergure comme La Nuit de Montréal (1992), le défilé de nuit pour l’ouverture des célébrations du 350e anniversaire de Montréal, Harmonie (2000), tout comme les deux comparses signent la mise en scène de Starmania, première version opéra de l’œuvre de Luc Plamondon et Michel Berger. Michel Lemieux a aussi cosigné la mise en scène de Delirium, le premier spectacle du Cirque du Soleil à être présenté dans les stades et les arénas. En fait, Michel Lemieux n’a jamais cessé de travailler, relevant des défis et innovant dans la création multimédia, grâce à l’apport des nouvelles technologies. « J’ai toujours été curieux de voir ce que l’on pouvait faire avec les nouvelles technologies et même pour de grands projets, car je vis très bien la pression qui vient avec ces défis. »

    Aujourd’hui, Michel Lemieux s’est tourné vers la réalité virtuelle dans des productions solo, ou en collaboration avec Victor Pilon. « La réalité virtuelle n’en est plus au stade expérimental, on peut réellement créer des œuvres artistiques, comme je l’ai fait avec Icarus qui a été présenté dans le monde entier », avance Michel Lemieux.  « Nous venons de terminer avec Victor un film en réalité virtuelle avec le père de Victor, qui a 86 ans, [pour] faire comme un lien avec le passé et la réalité technologique d’aujourd’hui. »
     
    L’organisme Montréal en Histoires s’est donné comme mission de mettre en valeur le patrimoine historique et architectural de Montréal autour de trois axes : l’élaboration d’une plateforme éducative sur l’histoire de Montréal, la production de tableaux Cité Mémoire et la création de parcours alliant l’histoire, le numérique et la réalité augmentée. Bien évidemment, ce sont les deux derniers axes qui relèvent principalement du travail de Michel Lemieux. On retrouve ses créations dans le Vieux-Montréal, où l’on peut découvrir l’histoire de ce quartier. Et on peut aujourd’hui découvrir le passé de la rue Sainte-Catherine, avec un parcours qui s’étend de la rue Atwater jusqu’à la rue Papineau, avec 40 stations d’intérêt. 

    Peut être une image de 3 personnes, personnes debout et dehors
    Le nouveau tableau interactif pour Cité Mémoire sera mis en fonction début juin à Pointe-aux-Trembles !

    Mais la grande nouveauté pour l’été 2022, c’est un nouveau tableau Cité Mémoire intitulé « La Pointe de l’Île », projeté sur le sol de la place du Village-de-la-Pointe-aux-Trembles, une œuvre immersive et interactive, une façon ludique et poétique de découvrir cet arrondissement de Montréal, avec son ouverture sur le fleuve. Dès la fin mai, ce nouveau parcours sera donc mis à la disposition de toustes, bien évidemment gratuitement. On se prend à rêver de l’île de Montréal couverte de parcours pour rappeler son passé, son développement et sa vitalité d’aujourd’hui.
     
    Michel Lemieux déborde encore de projets et il souhaite impliquer tous les acteurs et les actrices du milieu culturel et muséal de Montréal pour faire découvrir hors les murs, grâce au numérique et à la réalité augmentée, l’effervescence artistique de la métropole afin que la population, de Montréal ou de passage, puisse en profiter.

    INFOS | CITÉ-MÉMOIRE https://www.montrealenhistoires.com/cite_memoire/
    LEMIEUX PILON 4D ART https://4dart.com/

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité