Mardi, 16 août 2022
• • •
    Publicité

    Mistr Bear : des défis et des rêves!

    Mistr Bear célèbre cette année ses quatre ans d’existence sur la rue Sainte-Catherine Est, à proximité du parc de l’Espoir. Tenir le coup durant deux ans de pandémie, ça relève de l’exploit! Un site web transactionnel qui roule bien et qui ramène de la clientèle satisfaite est une bénédiction pour Mistr Bear qui, si tout se passe comme prévu, ouvrira bientôt une succursale au Mexique, à Puerto Vallarta. Plus que jamais, l’équipe dynamique de Mistr Bear est prête à relever les défis!

    CRÉDIT PHOTO : CHARLES MACKAY (SDC DU VILLAGE)

    En fait, Mistr Bear, c’est plus qu’une boutique. C’est d’abord et avant tout une œuvre d’amour et de passion, celle de ses copropriétaires et fondateurs. «Ça n’a pas été facile, mais on a réussi à passer à travers la crise sanitaire. On s’était mis des plexiglass entre l’atelier et l’avant de la boutique. Mais comme nous étions fermés, les commandes arrivaient par Internet et il fallait les remplir. Jonathan Grandolfo, lui, travaillait comme un malade de l’autre côté dans l’atelier pour confectionner les vêtements et moi j’étais de l’autre bord à préparer les colis parfois jusqu’à minuit ou 1h du matin pour que cela puisse partir le plus rapidement possible. Nous étions laissés à nous-mêmes sans aucun autre employé en raison de la distanciation. Il y a eu des moments où, oui, on a eu le goût de pleurer et on a eu le cœur à l’envers de dire aux employés qu’on ne pouvait pas les garder. Mais après, certains sont revenus quand on a pu rappeler notre monde. On est encore vivant et on continue…», explique Christian L. Boudreau, copropriétaire de Mistr Bear.

    Christian «Chris» L. Boudreau, Jonathan «Jo» Grandolfo ainsi que Nicolas Paquette sont les trois propriétaires de Mistr Bear. À l’origine, Luca Colucci, le conjoint de Jonathan faisait partie du trio de départ, «mais avec la crise de la Covid et tout ce qui s’en est suivi, ça ne tentait plus à Luca d’être présent dans la boutique, donc on l’a proposé à Nicolas qui était le gérant depuis le premier jour. Par contre, Luca continue sa contribution à Mistr Bear», confie Christian Boudreau.

    Accessoires chez Mistr Bear

    On ne fera pas ici la nomenclature des items et vêtements vendus chez Mistr Bear, mais le fait que l’on puisse se procurer des tailles disponibles allant du XS à 4XL est l’une des raisons qui explique que cette boutique ait autant de succès. Et il y a de quoi tomber littéralement en amour avec leurs nombreux T-shirts avec ces mignons «bears» souriants, entre autres. «Au cours des dernières années, le Pet Play a pris beaucoup d’expansion, donc on a créé encore plus de masques de chiens et tout ce qui va avec, c’est fait ici, et les gens adorent ce qui est québécois parce que cela est de meilleure qualité et que ça encourage la main d’œuvre locale. C’est une de nos valeurs sûres», ajoute Christian L. Boudreau. Il n’y a pas que cela, en plus d’une clientèle hétéro qui fréquente Mistr Bear, la communauté trans se fait aussi plaisir avec les vêtements proposés par cette boutique. «Un T-shirt c’est un T-shirt. Ça ne dit pas que c’est pour un gars ou pour une femme, n’importe qui peut le porter», rappelle Christian Boudreau.

    Les mesures sanitaires allégées durant l’été 2021, aident, mais à peine la tête sortie hors de l’ea, voilà qu’à l’automne, une autre brique leur tombe dessus. Le matin du 29 octobre 2021, un incendie majeur se déclare dans l’édifice adjacent. Plus de 100 pompiers sont demandés sur les lieux. La bâtisse menace de s’effondrer. «Nous étions dévastés, avoue le copropriétaire. On avait appelé la Ville 31 fois pour leur indiquer qu’il y avait des squatters dans le bloc, on les voyait faire du BBQ dans les poubelles. Mais personne n’agissait. On a perdu des milliers et des milliers de dollars à cause du feu. Toute l’équipe a travaillé très fort pour survivre à cette épreuve. Et, comme tu le vois, on est encore debout!»

     
    Puerto Vallarta
    Mistr Bear est déjà distribué par des détaillants aux États-Unis, en Europe, comme en France ou en Belgique par exemple. «Nos modèles sont différents de ce qui se fait ailleurs. Ils plaisent beaucoup parce qu’ils sont pour tout le monde, pour les personnes genrées, les non genrées, nos vêtements conviennent à une large clientèle», explique Christian L. Boudreau. Ce dernier est un amoureux de Puerto Vallarta.

    Il y va deux ou trois fois par an depuis les quinze dernières années. Il voyait là-bas des gens qui portent la marque Mistr Bear, et pas uniquement des Québécois, mais aussi des Mexicain·e·s, des Américain·e·s qui, probablement, ont commandé par Internet. De là, une idée à germé dans la tête des copropriétaires : ouvrir une succursale là, au Mexique! D’autant plus que le ‘’Pet Play’’ grandit là-bas aussi et les amateur·rice·s se regroupent dans les partys et les divers événements. «À partir de novembre, c’est très tranquille dans le Village, donc je peux aller à Puerto Vallarta en hiver où c’est très occupé là-bas et revenir en été alors que les affaires reprennent avec la piétonnisation. C’est possible de faire les deux. C’est un projet fou mais on y croit […] le monde est super accueillant là-bas et on nous demande d’ouvrir une boutique. Cela nous procurera une nouvelle visibilité auprès de la clientèle locale et touristique qui apprécie nos créations», explique Christian L. Boudreau. Cela devrait se concrétiser par l’ouverture officielle d’une 2e succursale à Puerto Vallarta. «Les loyers sont très abordables si on les compare à d’autres villes, comme Toronto par exemple. Je crois que c’est plus que faisable [d’y avoir pignon sur rue] et Jonathan et Nicolas travaillent comme des fous pour que cela se fasse», lance-t-il.

    INFOS | MISTR BEAR, 1336 Ste-Catherine E, Mtl, Qc, H2L 2H5
    T. (514) 379-3769 mistrbear.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité