Mercredi, 28 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Actes homophobes à Longueuil

    Le Courrier du Sud nous apprenait la semaine dernière qu’un résident de l’arrondissement du Vieux-Longueuil, Eric Turcotte, a été victime d’une série d’actes homophobes. 


    Résident de Longueuil depuis 8 ans, Eric Turcotte se dit d’autant plus surpris qu’il n’avait jamais fait l’objet d’aucune agression ou répression en raison de son orientation sexuelle avant. «J’ai 53 ans et je suis sorti du garde-robe, comme on dit, depuis l’âge de 18 ans. Je n’ai jamais au grand jamais eu de problèmes dans ma vie du fait que je sois gai. Je trouve qu’en 2022 au Québec, ces gestes sont inacceptables.»

    Le cinquantenaire a d’abord cru à un acte délibéré d’un ado lorsqu’on lui a volé le drapeau gai qu’il avait affiché devant sa résidence, à la mi juillet. 

    Mais après un troisième vol identique et le fait qu’on a tiré une quinzaine de coups de carabine à plomb en direction de son bungalow dans la nuit du 7 au 8 août, il n’a plus de doute; il s’agit d’actes homophobes.

    Ce n’est pourtant pas la première fois qu’il affichait son soutien à la communauté LGBTQ+ en marge des festivités de la Fierté à Montréal qui se sont terminées le 7 août.

    «J’avais fait la même chose l’an dernier et je n’avais pas eu de problème», raconte-t-il.

    Cette fois, son drapeau arc-en-ciel accroché à son balcon a été volé deux jours après sa pose, il y a environ trois semaines. Il en a installé un autre, qui a été arraché durant la nuit suivante.

    À partir de ce moment, il a commencé à avoir des doutes sur le fait qu’il s’agissait d’actes homophobes et il a porté plainte à la police. Puis, il s’est procuré un troisième drapeau, ainsi qu’une caméra de sécurité.

    Pendant deux semaines, rien n’est survenu. Jusque dans la nuit de dimanche à lundi. Vers 3h du matin, on lui a arraché à nouveau son drapeau avant de tirer sur sa résidence. Les tirs l’ont réveillé, mais il a pensé que c’était la ventilation avait un problème et faisait du bruit, raconte M. Turcotte. «J’ai compris seulement le matin qu’on avait tiré sur ma maison quand j’ai trouvé des plombs, puis quand j’ai regardé les images captées par ma caméra.»

    On y voit un jeune arracher le drapeau prendre la fuite, suivi des bruits d’impacts des plombs tirés par la suite. Il devra faire remplacer trois vitres qui ont été perforées par des plombs. 

    La police de Longueuil a été saisie d’une nouvelle plainte, et M. Turcotte lui a remis la vidéo du méfait. La police a été très réceptive à son endroit, précise-t-il. Le Service de police de Longueuil a confirmé qu’il enquêtait.  

    Source : lecourrierdusud.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité