Jeudi, 29 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Le club Campus change de mains tout en gardant sa vocation

    Sans tambour ni trompette, le club de danseurs nus Campus a été vendu cet été. Ayant célébré ses 37 ans d’existence le 22 aout dernier, le Campus est l’un des plus anciens établissements du Village. Le sympathique Gary Blanchard l’a ainsi laissé aux mains de Guillaume Patenaude, qui œuvre dans le domaine des sites érotiques depuis plusieurs années. Gary Blanchard peut maintenant prendre sa retraite dans sa région de la Mauricie !


    L’ancien propriétaire avait dit à Gary que, lorsqu’il vendra le club à son tour, il devrait le laisser entre les mains de quelqu’un qu’il connait, un ami, et non à un étranger qui va offrir peut-être plus d’argent. « Et c’est ce que j’ai fait puisque je connais Guillaume depuis longtemps et qu’il est intéressé à développer des soirées et des événements intéressants pour le club », avoue Gary Blanchard qui a été propriétaire de ce bar durant 22 ans.

    « Je suis fier et très content de vendre le Campus à Guillaume, il est dans la fleur de l’âge et continuera avec le club durant plusieurs années encore, je suis convaincu », ajoute Gary Blanchard. « C’est un parfait mariage pour moi à cause de mon background dans la porno », explique Guillaume Patenaude. « Déjà cinq des hommes que j’avais engagés pour des scènes sont devenus danseurs au Campus. Étant donné que je travaille pour plusieurs sites, c’est une belle occasion de diversification à la fois pour les danseurs et les acteurs. »

    En ce moment, le club reprend du poil de la bête et peut compter sur la présence d’une quarantaine de danseurs en rotation durant la semaine et la fin de semaine. 

    PHOTO : Gary Blanchard et Luc Marchand


    Pourquoi Gary a-t-il vendu le club maintenant ? « Cela a été très dur, durant les confinements. J’en ai discuté plusieurs fois avec mon conjoint Luc [Marchand, qui administre le club depuis une quinzaine d’années, NDLR], que peut-être ce serait le temps de vendre. Qu’on ne savait pas ce qui arriverait avec les mesures sanitaires. Avant, le club n’avait aucune dette, mais le gouvernement a offert des prêts pour nous aider pendant la fermeture imposée… et maintenant le Campus a une dette de plusieurs milliers de dollars envers le gouvernement. Tout ça nous a fait repenser à la vente du club », explique Gary Blanchard, qui a alors contacté Guillaume Patenaude pour en discuter. 

    « Nous étions restés en contact, je louais le Campus de temps en temps pour tourner des scènes [pornos]. Nous avions déjà une belle amitié et des choses en commun, donc ça n’a pas été difficile de s’entendre », souligne le nouveau propriétaire de ce club.

    Hasard de la vie, ces deux hommes ont un parcours similaire. Gary est parti de Shawinigan il y a 37 ans, pour atterrir à Montréal et commencer à danser au Campus à l’âge de 18 ans. « Moi aussi je suis arrivé de la campagne et je n’avais que 18 ans. Je ne connaissais personne à Montréal et j’ai fait application pour danser au Campus. J’ai connu Gary, de là j’ai connu aussi Priape, ensuite des contacts m’ont mené à la porno et maintenant je reviens au Campus », note Guillaume Patenaude. Tout ne sera pas identique. D’ailleurs, il y a eu tout de même déjà un changement au Campus : le club est devenu mixte. Les femmes, qui n’y avaient accès que le soir des Lady’s Night, peuvent désormais y entrer. Avec la fermeture du 281, les femmes se retrouvaient sans club de danseurs nus. « Cela dit, elles savent que c’est un bar gai, donc il y a plus de retenue qu’au 281 », signale Guillaume Patenaude. « Le bar fonctionne bien, mais la situation reste complexe. Il y a des Bachelor’s Partys les week-ends et le bar se remplit. Cela change l’énergie dans le club. »

    « Je suis content que le bar [soit] devenu mixte parce que les choses ont changé », renchérit Gary Blanchard. « Avec le télétravail, il y a moins de gens au centre-ville et donc moins de clientèle après le bureau. Avant, on recevait beaucoup de monde lors des 5 à 7, depuis l’affluence est moins grande à ces heures-là. Je crois que ces modifications sont pour le mieux. » « Et il y a plein de beaux projets qui s’en viennent », rajoute Guillaume Patenaude.

    « On cherche à développer le 2e étage comme un bar pour hommes seulement, on est en train de faire la demande de permis d’alcool pour cette section-là, en plus d’autres projets dont je ne peux pas encore parler pour l’instant. »  « C’est une réussite des deux côtés », de lancer Gary Blanchard. « Les deux personnes qui ont fait l’échange ont une belle amitié qui dure depuis plusieurs années. » « Nous sommes de bons amis, Gary et moi. On s’entend super bien ensemble. Je crois que nous sommes vraiment gagnants ici tous les deux », conclut Guillaume Patenaude.

    INFOS | Le club Campus, 1111, rue Sainte-Catherine Est, Montréal. campusmtl.com ou [email protected]

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité