Samedi, 22 juin 2024
• • •
    Publicité

    Efficacité de l’association d’un vaccin et d’un antibiotique pour la prévention des IST

    Une étude française démontre l’efficacité d’une stratégie de prévention de plusieurs Infections sexuellement transmissibles (IST) en associant un vaccin et un antibiotique courant.

    L’annonce n’est pas passée inaperçue à la conférence spécialisée dans la recherche contre le VIH/sida (mieux connue comme la Croi), qui a réuni à Seattle, du 17 au 22 février, des milliers de chercheur·euses, médecins et membres d’ONG.

    Cette étude financée par l’ARNS en partenariat avec le laboratoire Roche, démontre l’efficacité d’une stratégie de prévention de plusieurs Infections sexuellement transmissibles (IST) en associant un vaccin et un antibiotique courant.

    Des chiffres impressionnants
    Les chiffres sont impressionnants. La réduction du risque d’infection par les IST chlamydia et syphilis est de 85 % entre ceux qui ont reçu l’antibiotique doxycycline, pris dans les 72 heures suivant un rapport sexuel, et ceux qui ne l’avaient pas reçu.

    En parallèle, l’étude, coordonnée par le Pr Jean-Michel Molina (Hôpital Saint-Louis) et menée dans la région parisienne, a montré l’efficacité du vaccin Bexsero pour prévenir l’infection par le gonocoque. Après trois mois, l’incidence d’un premier épisode d’infection à gonocoque dans le groupe vacciné avec Bexsero et celui non vacciné était de 9,8 et 19,7 pour 100 personnes-année. Ce qui signifie une réduction de l’incidence de 51 %.

    De bonnes nouvelles, considérant que ces dernières années, on a pu constater une hausse importante de ces trois IST, en particulier chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). 

    Entre janvier 2021 et juillet 2022, 502 volontaires HSH ont été répartis par tirage au sort en quatre groupes : l’un recevant une prophylaxie post-exposition par la doxycycline à prendre dans les 72 heures après un rapport sexuel non protégé par un préservatif, l’autre une vaccination par le Bexsero, le troisième la combinaison de ces deux interventions et le dernier aucune des deux interventions.

    Les volontaires avaient un âge médian de 39 ans, environ dix partenaires sexuels dans les trois derniers mois et ont bénéficié d’un suivi en moyenne de neuf mois. Ils ont été suivis et testés tous les trois mois en cas de symptômes pour les infections à gonocoque et à chlamydia et pour la syphilis.

    Via communiqué de presse le Pr Molina affirme : « L’usage de la doxycycline en prophylaxie post-exposition s’est révélée efficace pour réduire à la fois l’incidence des infections à chlamydia et de la syphilis. Cet antibiotique a aussi eu un impact important, tout comme le vaccin contre le méningocoque B, sur l’incidence des infections à gonocoque. C’est la première fois qu’un vaccin montre un effet sur une infection sexuellement transmissible bactérienne ». 

    Le suivi des participants va se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2023 pour s’assurer de l’efficacité sur le moyen terme de ces stratégies de prévention qui ont été proposées désormais à tous les participants.

    Efficacité du vaccin contre mpox
    Les données de ces mêmes participants à l’étude DOXYVAC ont été analysées afin de mesurer l’impact préventif du vaccin MVA-BN contre le mpox, peu de temps après la flambée épidémique de ce qu’on appelait alors la variole du singe. Selon l’ANRS, « l’équipe de recherche a constaté que la seule vaccination contre le virus mpox en 2022 était associée à une réduction du risque de développer la maladie avec une efficacité de 99  % ».

    Cette stratégie s’ajoute à d’autres outils de prévention pour réduire les risques (dépistages répétés du VIH et des IST, vaccination contre les hépatites A et B, distribution de préservatifs et de gels).

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité