La Société canadienne de psychologie réclame l’amélioration des soins de santé pour les personnes trans et de genre divers

La Société canadienne de psychologie (SCP) réclame des améliorations en matière de prestation de soins de santé pour les personnes trans et de genre divers, qui sont confrontées à de multiples difficultés lorsqu’il s’agit d’accéder à des soins d’affirmation de genre qui sont culturellement compétents. L’organisation a publié un nouvel énoncé de politique, Diversité de genre et droits de la personne, qui met en lumière ces difficultés et invite les organismes de santé et les fournisseurs de soins de santé à apporter des changements.

« Il y a une tendance à considérer la diversité de genre comme une maladie, alors qu’en fait, c’est la façon dont la société et les systèmes, en particulier les systèmes de soins de santé, traitent les personnes trans et de genre divers qui crée de la détresse psychologique et cause du tort », a déclaré le Dr Ada L. Sinacore, président sortant de la SCP et coauteur de l’énoncé de politique de la SCP. « La SCP plaide pour l’éducation et la formation des professionnels de la santé afin de leur permettre d’offrir des soins d’affirmation de genre, plutôt que des soins qui peuvent contribuer à des résultats négatifs en matière de santé. »

PUBLICITÉ

Le 14 avril, la SCP a réuni des organisations nationales de soins de santé pour discuter des défis auxquels sont confrontées les personnes trans et de genre divers lorsque vient le temps d’obtenir des soins d’affirmation de genre et pour en apprendre au sujet des meilleures pratiques en matière de soins de santé pour les personnes trans et de genre divers. Les participants ont examiné le nouvel énoncé de politique de la SCP, qui met en évidence des pratiques néfastes telles que l’exigence que les personnes de genre divers démontrent une détresse psychologique significative avant de pouvoir bénéficier de soins médicaux d’affirmation de genre.

« Les personnes de genre divers, comparativement à celles qui s’identifient comme cisgenres, sont plus à risque de vivre de l’anxiété, de la dépression, des traumatismes, d’avoir des idées suicidaires et des enjeux en lien avec la consommation de substances, en grande partie à cause de la façon négative et souvent violente dont elles sont traitées par la société », a déclaré le Dr Jesse Bosse, coauteur de l’énoncé de politique de la SCP. « La SCP prend un rôle de chef de file dans l’éducation des professionnels de la santé et autres personnes face à la diversité de genre, notamment, en exhortant les organismes de soins de santé et les professionnels de la santé à moderniser les standards de soins et à modifier les approches et les perspectives qui sont dommageables et font obstacle à l’obtention de résultats positifs en matière de santé. »

Au cours des dernières années, la SCP s’est efforcée, par des programmes de formation destinés à ses membres, d’améliorer la façon dont la profession de psychologie soutient les personnes trans et de genre divers. La publication de cet énoncé et la collaboration avec d’autres organisations de soins de santé figurent parmi les prochaines étapes dans la démarche de mobilisation de l’organisation sur cette question importante. En outre, la SCP invitera les associations de psychologie des autres provinces et territoires à réclamer que leurs gouvernements soutiennent la formation et le perfectionnement des professionnels de la santé afin qu’ils puissent offrir des soins d’affirmation de genre qui sont culturellement compétents. 

PUBLICITÉ

Pour lire l’énoncé de politique de la SCP, Diversité de genre et droits de la personne, veuillez visiter le site Web de la SCP : https://cpa.ca/fr

PUBLICITÉ

Du même auteur

SUR LE MÊME SUJET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité